PONCE AUTOMOBILE CORPORATION Metro Bacolod Chamber of ...

A thousand words wasn't enough? Here's five thousand.

List acquired here.
a aa aaa aaron ab abandoned abc aberdeen abilities ability able aboriginal abortion about above abraham abroad abs absence absent absolute absolutely absorption abstract abstracts abu abuse ac academic academics academy acc accent accept acceptable acceptance accepted accepting accepts access accessed accessibility accessible accessing accessories accessory accident accidents accommodate accommodation accommodations accompanied accompanying accomplish accomplished accordance according accordingly account accountability accounting accounts accreditation accredited accuracy accurate accurately accused acdbentity ace acer achieve achieved achievement achievements achieving acid acids acknowledge acknowledged acm acne acoustic acquire acquired acquisition acquisitions acre acres acrobat across acrylic act acting action actions activated activation active actively activists activities activity actor actors actress acts actual actually acute ad ada adam adams adaptation adapted adapter adapters adaptive adaptor add added addiction adding addition additional additionally additions address addressed addresses addressing adds adelaide adequate adidas adipex adjacent adjust adjustable adjusted adjustment adjustments admin administered administration administrative administrator administrators admission admissions admit admitted adobe adolescent adopt adopted adoption adrian ads adsl adult adults advance advanced advancement advances advantage advantages adventure adventures adverse advert advertise advertisement advertisements advertiser advertisers advertising advice advise advised advisor advisors advisory advocacy advocate adware ae aerial aerospace af affair affairs affect affected affecting affects affiliate affiliated affiliates affiliation afford affordable afghanistan afraid africa african after afternoon afterwards ag again against age aged agencies agency agenda agent agents ages aggregate aggressive aging ago agree agreed agreement agreements agrees agricultural agriculture ah ahead ai aid aids aim aimed aims air aircraft airfare airline airlines airplane airport airports aj ak aka al ala alabama alan alarm alaska albania albany albert alberta album albums albuquerque alcohol alert alerts alex alexander alexandria alfred algebra algeria algorithm algorithms ali alias alice alien align alignment alike alive all allah allan alleged allen allergy alliance allied allocated allocation allow allowance allowed allowing allows alloy almost alone along alot alpha alphabetical alpine already also alt alter altered alternate alternative alternatively alternatives although alto aluminium aluminum alumni always am amanda amateur amazing amazon ambassador amber ambien ambient amd amend amended amendment amendments amenities america american americans americas amino among amongst amount amounts amp ampland amplifier amsterdam amy an ana anaheim anal analog analyses analysis analyst analysts analytical analyze analyzed anatomy anchor ancient and andale anderson andorra andrea andreas andrew andrews andy angel angela angeles angels anger angle angola angry animal animals animated animation anime ann anna anne annex annie anniversary annotated annotation announce announced announcement announcements announces annoying annual annually anonymous another answer answered answering answers ant antarctica antenna anthony anthropology anti antibodies antibody anticipated antigua antique antiques antivirus antonio anxiety any anybody anymore anyone anything anytime anyway anywhere aol ap apache apart apartment apartments api apnic apollo app apparatus apparel apparent apparently appeal appeals appear appearance appeared appearing appears appendix apple appliance appliances applicable applicant applicants application applications applied applies apply applying appointed appointment appointments appraisal appreciate appreciated appreciation approach approaches appropriate appropriations approval approve approved approx approximate approximately apps apr april apt aqua aquarium aquatic ar arab arabia arabic arbitrary arbitration arbor arc arcade arch architect architects architectural architecture archive archived archives arctic are area areas arena arg argentina argue argued argument arguments arise arising arizona arkansas arlington arm armed armenia armor arms armstrong army arnold around arrange arranged arrangement arrangements array arrest arrested arrival arrivals arrive arrived arrives arrow art arthritis arthur article articles artificial artist artistic artists arts artwork aruba as asbestos ascii ash ashley asia asian aside asin ask asked asking asks asn asp aspect aspects ass assault assembled assembly assess assessed assessing assessment assessments asset assets assign assigned assignment assignments assist assistance assistant assisted assists associate associated associates association associations assume assumed assumes assuming assumption assumptions assurance assure assured asthma astrology astronomy asus asylum at ata ate athens athletes athletic athletics ati atlanta atlantic atlas atm atmosphere atmospheric atom atomic attach attached attachment attachments attack attacked attacks attempt attempted attempting attempts attend attendance attended attending attention attitude attitudes attorney attorneys attract attraction attractions attractive attribute attributes au auburn auckland auction auctions aud audi audience audio audit auditor aug august aurora aus austin australia australian austria authentic authentication author authorities authority authorization authorized authors auto automated automatic automatically automation automobile automobiles automotive autos autumn av availability available avatar ave avenue average avg avi aviation avoid avoiding avon aw award awarded awards aware awareness away awesome awful axis aye az azerbaijan b ba babe babes babies baby bachelor back backed background backgrounds backing backup bacon bacteria bacterial bad badge badly bag baghdad bags bahamas bahrain bailey baker baking balance balanced bald bali ball ballet balloon ballot balls baltimore ban banana band bands bandwidth bang bangbus bangkok bangladesh bank banking bankruptcy banks banned banner banners baptist bar barbados barbara barbie barcelona bare barely bargain bargains barn barnes barrel barrier barriers barry bars base baseball based baseline basement basename bases basic basically basics basin basis basket basketball baskets bass bat batch bath bathroom bathrooms baths batman batteries battery battle battlefield bay bb bbc bbs bbw bc bd bdsm be beach beaches beads beam bean beans bear bearing bears beast beastality beastiality beat beatles beats beautiful beautifully beauty beaver became because become becomes becoming bed bedding bedford bedroom bedrooms beds bee beef been beer before began begin beginner beginners beginning begins begun behalf behavior behavioral behaviour behind beijing being beings belarus belfast belgium belief beliefs believe believed believes belize belkin bell belle belly belong belongs below belt belts ben bench benchmark bend beneath beneficial benefit benefits benjamin bennett bent benz berkeley berlin bermuda bernard berry beside besides best bestiality bestsellers bet beta beth better betting betty between beverage beverages beverly beyond bg bhutan bi bias bible biblical bibliographic bibliography bicycle bid bidder bidding bids big bigger biggest bike bikes bikini bill billing billion bills billy bin binary bind binding bingo bio biodiversity biographies biography biol biological biology bios biotechnology bird birds birmingham birth birthday bishop bit bitch bite bits biz bizarre bizrate bk bl black blackberry blackjack blacks blade blades blah blair blake blame blank blanket blast bleeding blend bless blessed blind blink block blocked blocking blocks blog blogger bloggers blogging blogs blond blonde blood bloody bloom bloomberg blow blowing blowjob blowjobs blue blues bluetooth blvd bm bmw bo board boards boat boating boats bob bobby boc bodies body bold bolivia bolt bomb bon bond bondage bonds bone bones bonus boob boobs book booking bookings bookmark bookmarks books bookstore bool boolean boom boost boot booth boots booty border borders bored boring born borough bosnia boss boston both bother botswana bottle bottles bottom bought boulder boulevard bound boundaries boundary bouquet boutique bow bowl bowling box boxed boxes boxing boy boys bp br bra bracelet bracelets bracket brad bradford bradley brain brake brakes branch branches brand brandon brands bras brass brave brazil brazilian breach bread break breakdown breakfast breaking breaks breast breasts breath breathing breed breeding breeds brian brick bridal bride bridge bridges brief briefing briefly briefs bright brighton brilliant bring bringing brings brisbane bristol britain britannica british britney broad broadband broadcast broadcasting broader broadway brochure brochures broke broken broker brokers bronze brook brooklyn brooks brother brothers brought brown browse browser browsers browsing bruce brunei brunette brunswick brush brussels brutal bryan bryant bs bt bubble buck bucks budapest buddy budget budgets buf buffalo buffer bufing bug bugs build builder builders building buildings builds built bukkake bulgaria bulgarian bulk bull bullet bulletin bumper bunch bundle bunny burden bureau buried burke burlington burn burner burning burns burst burton bus buses bush business businesses busty busy but butler butt butter butterfly button buttons butts buy buyer buyers buying buys buzz bw by bye byte bytes c ca cab cabin cabinet cabinets cable cables cache cached cad cadillac cafe cage cake cakes cal calcium calculate calculated calculation calculations calculator calculators calendar calendars calgary calibration california call called calling calls calm calvin cam cambodia cambridge camcorder camcorders came camel camera cameras cameron cameroon camp campaign campaigns campbell camping camps campus cams can canada canadian canal canberra cancel cancellation cancelled cancer candidate candidates candle candles candy cannon canon cant canvas canyon cap capabilities capability capable capacity cape capital capitol caps captain capture captured car carb carbon card cardiac cardiff cardiovascular cards care career careers careful carefully carey cargo caribbean caring carl carlo carlos carmen carnival carol carolina caroline carpet carried carrier carriers carries carroll carry carrying cars cart carter cartoon cartoons cartridge cartridges cas casa case cases casey cash cashiers casino casinos casio cassette cast casting castle casual cat catalog catalogs catalogue catalyst catch categories category catering cathedral catherine catholic cats cattle caught cause caused causes causing caution cave cayman cb cbs cc ccd cd cdna cds cdt ce cedar ceiling celebrate celebration celebrities celebrity celebs cell cells cellular celtic cement cemetery census cent center centered centers central centre centres cents centuries century ceo ceramic ceremony certain certainly certificate certificates certification certified cet cf cfr cg cgi ch chad chain chains chair chairman chairs challenge challenged challenges challenging chamber chambers champagne champion champions championship championships chan chance chancellor chances change changed changelog changes changing channel channels chaos chapel chapter chapters char character characteristic characteristics characterization characterized characters charge charged charger chargers charges charging charitable charity charles charleston charlie charlotte charm charming charms chart charter charts chase chassis chat cheap cheaper cheapest cheat cheats check checked checking checklist checkout checks cheers cheese chef chelsea chem chemical chemicals chemistry chen cheque cherry chess chest chester chevrolet chevy chi chicago chick chicken chicks chief child childhood children childrens chile china chinese chip chips cho chocolate choice choices choir cholesterol choose choosing chorus chose chosen chris christ christian christianity christians christina christine christmas christopher chrome chronic chronicle chronicles chrysler chubby chuck church churches ci cia cialis ciao cigarette cigarettes cincinnati cindy cinema cingular cio cir circle circles circuit circuits circular circulation circumstances circus cisco citation citations cite cited cities citizen citizens citizenship city citysearch civic civil civilian civilization cj cl claim claimed claims claire clan clara clarity clark clarke class classes classic classical classics classification classified classifieds classroom clause clay clean cleaner cleaners cleaning cleanup clear clearance cleared clearing clearly clerk cleveland click clicking clicks client clients cliff climate climb climbing clinic clinical clinics clinton clip clips clock clocks clone close closed closely closer closes closest closing closure cloth clothes clothing cloud clouds cloudy club clubs cluster clusters cm cms cn cnet cnn co coach coaches coaching coal coalition coast coastal coat coated coating cock cocks cocktail cod code codes coding coffee cognitive cohen coin coins col cold cole coleman colin collaboration collaborative collapse collar colleague colleagues collect collectables collected collectible collectibles collecting collection collections collective collector collectors college colleges collins cologne colombia colon colonial colony color colorado colored colors colour colours columbia columbus column columnists columns com combat combination combinations combine combined combines combining combo come comedy comes comfort comfortable comic comics coming comm command commander commands comment commentary commented comments commerce commercial commission commissioner commissioners commissions commit commitment commitments committed committee committees commodities commodity common commonly commons commonwealth communicate communication communications communist communities community comp compact companies companion company compaq comparable comparative compare compared comparing comparison comparisons compatibility compatible compensation compete competent competing competition competitions competitive competitors compilation compile compiled compiler complaint complaints complement complete completed completely completing completion complex complexity compliance compliant complicated complications complimentary comply component components composed composer composite composition compound compounds comprehensive compressed compression compromise computation computational compute computed computer computers computing con concentrate concentration concentrations concept concepts conceptual concern concerned concerning concerns concert concerts conclude concluded conclusion conclusions concord concrete condition conditional conditioning conditions condo condos conduct conducted conducting conf conference conferences conferencing confidence confident confidential confidentiality config configuration configurations configure configured configuring confirm confirmation confirmed conflict conflicts confused confusion congo congratulations congress congressional conjunction connect connected connecticut connecting connection connections connectivity connector connectors cons conscious consciousness consecutive consensus consent consequence consequences consequently conservation conservative consider considerable consideration considerations considered considering considers consist consistency consistent consistently consisting consists console consoles consolidated consolidation consortium conspiracy const constant constantly constitute constitutes constitution constitutional constraint constraints construct constructed construction consult consultancy consultant consultants consultation consulting consumer consumers consumption contact contacted contacting contacts contain contained container containers containing contains contamination contemporary content contents contest contests context continent continental continually continue continued continues continuing continuity continuous continuously contract contracting contractor contractors contracts contrary contrast contribute contributed contributing contribution contributions contributor contributors control controlled controller controllers controlling controls controversial controversy convenience convenient convention conventional conventions convergence conversation conversations conversion convert converted converter convertible convicted conviction convinced cook cookbook cooked cookie cookies cooking cool cooler cooling cooper cooperation cooperative coordinate coordinated coordinates coordination coordinator cop cope copied copies copper copy copying copyright copyrighted copyrights coral cord cordless core cork corn cornell corner corners cornwall corp corporate corporation corporations corps corpus correct corrected correction corrections correctly correlation correspondence corresponding corruption cos cosmetic cosmetics cost costa costs costume costumes cottage cottages cotton could council councils counsel counseling count counted counter counters counties counting countries country counts county couple coupled couples coupon coupons courage courier course courses court courtesy courts cove cover coverage covered covering covers cow cowboy cox cp cpu cr crack cradle craft crafts craig crap craps crash crawford crazy cream create created creates creating creation creations creative creativity creator creature creatures credit credits creek crest crew cricket crime crimes criminal crisis criteria criterion critical criticism critics crm croatia crop crops cross crossing crossword crowd crown crucial crude cruise cruises cruz cry crystal cs css cst ct ctrl cu cuba cube cubic cuisine cult cultural culture cultures cum cumshot cumshots cumulative cunt cup cups cure curious currencies currency current currently curriculum cursor curtis curve curves custody custom customer customers customise customize customized customs cut cute cuts cutting cv cvs cw cyber cycle cycles cycling cylinder cyprus cz czech d da dad daddy daily dairy daisy dakota dale dallas dam damage damaged damages dame damn dan dana dance dancing danger dangerous daniel danish danny dans dare dark darkness darwin das dash dat data database databases date dated dates dating daughter daughters dave david davidson davis dawn day days dayton db dc dd ddr de dead deadline deadly deaf deal dealer dealers dealing deals dealt dealtime dean dear death deaths debate debian deborah debt debug debut dec decade decades december decent decide decided decimal decision decisions deck declaration declare declared decline declined decor decorating decorative decrease decreased dedicated dee deemed deep deeper deeply deer def default defeat defects defence defend defendant defense defensive deferred deficit define defined defines defining definitely definition definitions degree degrees del delaware delay delayed delays delegation delete deleted delhi delicious delight deliver delivered delivering delivers delivery dell delta deluxe dem demand demanding demands demo democracy democrat democratic democrats demographic demonstrate demonstrated demonstrates demonstration den denial denied denmark dennis dense density dental dentists denver deny department departmental departments departure depend dependence dependent depending depends deployment deposit deposits depot depression dept depth deputy der derby derek derived des descending describe described describes describing description descriptions desert deserve design designated designation designed designer designers designing designs desirable desire desired desk desktop desktops desperate despite destination destinations destiny destroy destroyed destruction detail detailed details detect detected detection detective detector determination determine determined determines determining detroit deutsch deutsche deutschland dev devel develop developed developer developers developing development developmental developments develops deviant deviation device devices devil devon devoted df dg dh di diabetes diagnosis diagnostic diagram dial dialog dialogue diameter diamond diamonds diana diane diary dice dick dicke dicks dictionaries dictionary did die died diego dies diesel diet dietary diff differ difference differences different differential differently difficult difficulties difficulty diffs dig digest digit digital dildo dildos dim dimension dimensional dimensions dining dinner dip diploma dir direct directed direction directions directive directly director directories directors directory dirt dirty dis disabilities disability disable disabled disagree disappointed disaster disc discharge disciplinary discipline disciplines disclaimer disclaimers disclose disclosure disco discount discounted discounts discover discovered discovery discrete discretion discrimination discs discuss discussed discusses discussing discussion discussions disease diseases dish dishes disk disks disney disorder disorders dispatch dispatched display displayed displaying displays disposal disposition dispute disputes dist distance distances distant distinct distinction distinguished distribute distributed distribution distributions distributor distributors district districts disturbed div dive diverse diversity divide divided dividend divine diving division divisions divorce divx diy dj dk dl dm dna dns do doc dock docs doctor doctors doctrine document documentary documentation documented documents dod dodge doe does dog dogs doing doll dollar dollars dolls dom domain domains dome domestic dominant dominican don donald donate donated donation donations done donna donor donors dont doom door doors dos dosage dose dot double doubt doug douglas dover dow down download downloadable downloaded downloading downloads downtown dozen dozens dp dpi dr draft drag dragon drain drainage drama dramatic dramatically draw drawing drawings drawn draws dream dreams dress dressed dresses dressing drew dried drill drilling drink drinking drinks drive driven driver drivers drives driving drop dropped drops drove drug drugs drum drums drunk dry dryer ds dsc dsl dt dts du dual dubai dublin duck dude due dui duke dumb dump duncan duo duplicate durable duration durham during dust dutch duties duty dv dvd dvds dx dying dylan dynamic dynamics e ea each eagle eagles ear earl earlier earliest early earn earned earning earnings earrings ears earth earthquake ease easier easily east easter eastern easy eat eating eau ebay ebony ebook ebooks ec echo eclipse eco ecological ecology ecommerce economic economics economies economy ecuador ed eddie eden edgar edge edges edinburgh edit edited editing edition editions editor editorial editorials editors edmonton eds edt educated education educational educators edward edwards ee ef effect effective effectively effectiveness effects efficiency efficient efficiently effort efforts eg egg eggs egypt egyptian eh eight either ejaculation el elder elderly elect elected election elections electoral electric electrical electricity electro electron electronic electronics elegant element elementary elements elephant elevation eleven eligibility eligible eliminate elimination elite elizabeth ellen elliott ellis else elsewhere elvis em emacs email emails embassy embedded emerald emergency emerging emily eminem emirates emission emissions emma emotional emotions emperor emphasis empire empirical employ employed employee employees employer employers employment empty en enable enabled enables enabling enb enclosed enclosure encoding encounter encountered encourage encouraged encourages encouraging encryption encyclopedia end endangered ended endif ending endless endorsed endorsement ends enemies enemy energy enforcement eng engage engaged engagement engaging engine engineer engineering engineers engines england english enhance enhanced enhancement enhancements enhancing enjoy enjoyed enjoying enlarge enlargement enormous enough enquiries enquiry enrolled enrollment ensemble ensure ensures ensuring ent enter entered entering enterprise enterprises enters entertaining entertainment entire entirely entities entitled entity entrance entrepreneur entrepreneurs entries entry envelope environment environmental environments enzyme eos ep epa epic epinions episode episodes epson eq equal equality equally equation equations equilibrium equipment equipped equity equivalent er era eric ericsson erik erotic erotica erp error errors es escape escort escorts especially espn essay essays essence essential essentially essentials essex est establish established establishing establishment estate estates estimate estimated estimates estimation estonia et etc eternal ethernet ethical ethics ethiopia ethnic eu eugene eur euro europe european euros ev eva eval evaluate evaluated evaluating evaluation evaluations evanescence evans eve even evening event events eventually ever every everybody everyday everyone everything everywhere evidence evident evil evolution ex exact exactly exam examination examinations examine examined examines examining example examples exams exceed excel excellence excellent except exception exceptional exceptions excerpt excess excessive exchange exchanges excited excitement exciting exclude excluded excluding exclusion exclusive exclusively excuse exec execute executed execution executive executives exempt exemption exercise exercises exhaust exhibit exhibition exhibitions exhibits exist existed existence existing exists exit exotic exp expand expanded expanding expansion expansys expect expectations expected expects expedia expenditure expenditures expense expenses expensive experience experienced experiences experiencing experiment experimental experiments expert expertise experts expiration expired expires explain explained explaining explains explanation explicit explicitly exploration explore explorer exploring explosion expo export exports exposed exposure express expressed expression expressions ext extend extended extending extends extension extensions extensive extent exterior external extra extract extraction extraordinary extras extreme extremely eye eyed eyes ez f fa fabric fabrics fabulous face faced faces facial facilitate facilities facility facing fact factor factors factory facts faculty fail failed failing fails failure failures fair fairfield fairly fairy faith fake fall fallen falling falls fame familiar families family famous fan fancy fans fantastic fantasy faq faqs far fare fares farm farmer farmers farming farms fascinating fashion fast faster fastest fat fatal fate father fathers fatty fault favor favorite favorites favors favour favourite favourites fax fbi fc fcc fd fda fe fear fears feat feature featured features featuring feb february fed federal federation fee feed feedback feeding feeds feel feeling feelings feels fees feet fell fellow fellowship felt female females fence feof ferrari ferry festival festivals fetish fever few fewer ff fg fi fiber fibre fiction field fields fifteen fifth fifty fig fight fighter fighters fighting figure figured figures fiji file filed filename files filing fill filled filling film filme films filter filtering filters fin final finally finals finance finances financial financing find findarticles finder finding findings findlaw finds fine finest finger fingering fingers finish finished finishing finite finland finnish fioricet fire fired firefox fireplace fires firewall firewire firm firms firmware first fiscal fish fisher fisheries fishing fist fisting fit fitness fits fitted fitting five fix fixed fixes fixtures fl flag flags flame flash flashers flashing flat flavor fleece fleet flesh flex flexibility flexible flickr flight flights flip float floating flood floor flooring floors floppy floral florence florida florist florists flour flow flower flowers flows floyd flu fluid flush flux fly flyer flying fm fo foam focal focus focused focuses focusing fog fold folder folders folding folk folks follow followed following follows font fonts foo food foods fool foot footage football footwear for forbes forbidden force forced forces ford forecast forecasts foreign forest forestry forests forever forge forget forgot forgotten fork form formal format formation formats formatting formed former formerly forming forms formula fort forth fortune forty forum forums forward forwarding fossil foster foto fotos fought foul found foundation foundations founded founder fountain four fourth fox fp fr fraction fragrance fragrances frame framed frames framework framing france franchise francis francisco frank frankfurt franklin fraser fraud fred frederick free freebsd freedom freelance freely freeware freeze freight french frequencies frequency frequent frequently fresh fri friday fridge friend friendly friends friendship frog from front frontier frontpage frost frozen fruit fruits fs ft ftp fu fuck fucked fucking fuel fuji fujitsu full fully fun function functional functionality functioning functions fund fundamental fundamentals funded funding fundraising funds funeral funk funky funny fur furnished furnishings furniture further furthermore fusion future futures fuzzy fw fwd fx fy g ga gabriel gadgets gage gain gained gains galaxy gale galleries gallery gambling game gamecube games gamespot gaming gamma gang gangbang gap gaps garage garbage garcia garden gardening gardens garlic garmin gary gas gasoline gate gates gateway gather gathered gathering gauge gave gay gays gazette gb gba gbp gc gcc gd gdp ge gear geek gel gem gen gender gene genealogy general generally generate generated generates generating generation generations generator generators generic generous genes genesis genetic genetics geneva genius genome genre genres gentle gentleman gently genuine geo geographic geographical geography geological geology geometry george georgia gerald german germany get gets getting gg ghana ghost ghz gi giant giants gibraltar gibson gif gift gifts gig gilbert girl girlfriend girls gis give given gives giving gl glad glance glasgow glass glasses glen glenn global globe glory glossary gloves glow glucose gm gmbh gmc gmt gnome gnu go goal goals goat god gods goes going gold golden golf gone gonna good goods google gordon gore gorgeous gospel gossip got gothic goto gotta gotten gourmet governance governing government governmental governments governor gp gpl gps gr grab grace grad grade grades gradually graduate graduated graduates graduation graham grain grammar grams grand grande granny grant granted grants graph graphic graphical graphics graphs gras grass grateful gratis gratuit grave gravity gray great greater greatest greatly greece greek green greene greenhouse greensboro greeting greetings greg gregory grenada grew grey grid griffin grill grip grocery groove gross ground grounds groundwater group groups grove grow growing grown grows growth gs gsm gst gt gtk guam guarantee guaranteed guarantees guard guardian guards guatemala guess guest guestbook guests gui guidance guide guided guidelines guides guild guilty guinea guitar guitars gulf gun guns guru guy guyana guys gym gzip h ha habitat habits hack hacker had hair hairy haiti half halifax hall halloween halo ham hamburg hamilton hammer hampshire hampton hand handbags handbook handed handheld handhelds handjob handjobs handle handled handles handling handmade hands handy hang hanging hans hansen happen happened happening happens happiness happy harassment harbor harbour hard hardcore hardcover harder hardly hardware hardwood harley harm harmful harmony harold harper harris harrison harry hart hartford harvard harvest harvey has hash hat hate hats have haven having hawaii hawaiian hawk hay hayes hazard hazardous hazards hb hc hd hdtv he head headed header headers heading headline headlines headphones headquarters heads headset healing health healthcare healthy hear heard hearing hearings heart hearts heat heated heater heath heather heating heaven heavily heavy hebrew heel height heights held helen helena helicopter hell hello helmet help helped helpful helping helps hence henderson henry hentai hepatitis her herald herb herbal herbs here hereby herein heritage hero heroes herself hewlett hey hh hi hidden hide hierarchy high higher highest highland highlight highlighted highlights highly highs highway highways hiking hill hills hilton him himself hindu hint hints hip hire hired hiring his hispanic hist historic historical history hit hitachi hits hitting hiv hk hl ho hobbies hobby hockey hold holdem holder holders holding holdings holds hole holes holiday holidays holland hollow holly hollywood holmes holocaust holy home homeland homeless homepage homes hometown homework hon honda honduras honest honey hong honolulu honor honors hood hook hop hope hoped hopefully hopes hoping hopkins horizon horizontal hormone horn horny horrible horror horse horses hose hospital hospitality hospitals host hosted hostel hostels hosting hosts hot hotel hotels hotmail hottest hour hourly hours house household households houses housewares housewives housing houston how howard however howto hp hq hr href hrs hs ht html http hu hub hudson huge hugh hughes hugo hull human humanitarian humanities humanity humans humidity humor hundred hundreds hung hungarian hungary hunger hungry hunt hunter hunting huntington hurricane hurt husband hwy hybrid hydraulic hydrocodone hydrogen hygiene hypothesis hypothetical hyundai hz i ia ian ibm ic ice iceland icon icons icq ict id idaho ide idea ideal ideas identical identification identified identifier identifies identify identifying identity idle idol ids ie ieee if ignore ignored ii iii il ill illegal illinois illness illustrated illustration illustrations im image images imagination imagine imaging img immediate immediately immigrants immigration immune immunology impact impacts impaired imperial implement implementation implemented implementing implications implied implies import importance important importantly imported imports impose imposed impossible impressed impression impressive improve improved improvement improvements improving in inappropriate inbox inc incentive incentives incest inch inches incidence incident incidents incl include included includes including inclusion inclusive income incoming incomplete incorporate incorporated incorrect increase increased increases increasing increasingly incredible incurred ind indeed independence independent independently index indexed indexes india indian indiana indianapolis indians indicate indicated indicates indicating indication indicator indicators indices indie indigenous indirect individual individually individuals indonesia indonesian indoor induced induction industrial industries industry inexpensive inf infant infants infected infection infections infectious infinite inflation influence influenced influences info inform informal information informational informative informed infrared infrastructure infringement ing ingredients inherited initial initially initiated initiative initiatives injection injured injuries injury ink inkjet inline inn inner innocent innovation innovations innovative inns input inputs inquire inquiries inquiry ins insects insert inserted insertion inside insider insight insights inspection inspections inspector inspiration inspired install installation installations installed installing instance instances instant instantly instead institute institutes institution institutional institutions instruction instructional instructions instructor instructors instrument instrumental instrumentation instruments insulation insulin insurance insured int intake integer integral integrate integrated integrating integration integrity intel intellectual intelligence intelligent intend intended intense intensity intensive intent intention inter interact interaction interactions interactive interest interested interesting interests interface interfaces interference interim interior intermediate internal international internationally internet internship interpretation interpreted interracial intersection interstate interval intervals intervention interventions interview interviews intimate intl into intranet intro introduce introduced introduces introducing introduction introductory invalid invasion invention inventory invest investigate investigated investigation investigations investigator investigators investing investment investments investor investors invisible invision invitation invitations invite invited invoice involve involved involvement involves involving io ion iowa ip ipaq ipod ips ir ira iran iraq iraqi irc ireland irish iron irrigation irs is isa isaac isbn islam islamic island islands isle iso isolated isolation isp israel israeli issn issue issued issues ist istanbul it italia italian italiano italic italy item items its itself itunes iv ivory ix j ja jack jacket jackets jackie jackson jacksonville jacob jade jaguar jail jake jam jamaica james jamie jan jane janet january japan japanese jar jason java javascript jay jazz jc jd je jean jeans jeep jeff jefferson jeffrey jelsoft jennifer jenny jeremy jerry jersey jerusalem jesse jessica jesus jet jets jewel jewellery jewelry jewish jews jill jim jimmy jj jm jo joan job jobs joe joel john johnny johns johnson johnston join joined joining joins joint joke jokes jon jonathan jones jordan jose joseph josh joshua journal journalism journalist journalists journals journey joy joyce jp jpeg jpg jr js juan judge judges judgment judicial judy juice jul julia julian julie july jump jumping jun junction june jungle junior junk jurisdiction jury just justice justify justin juvenile jvc k ka kai kansas karaoke karen karl karma kate kathy katie katrina kay kazakhstan kb kde keen keep keeping keeps keith kelkoo kelly ken kennedy kenneth kenny keno kent kentucky kenya kept kernel kerry kevin key keyboard keyboards keys keyword keywords kg kick kid kidney kids kijiji kill killed killer killing kills kilometers kim kinase kind kinda kinds king kingdom kings kingston kirk kiss kissing kit kitchen kits kitty klein km knee knew knife knight knights knit knitting knives knock know knowing knowledge knowledgestorm known knows ko kodak kong korea korean kruger ks kurt kuwait kw ky kyle l la lab label labeled labels labor laboratories laboratory labour labs lace lack ladder laden ladies lady lafayette laid lake lakes lamb lambda lamp lamps lan lancaster lance land landing lands landscape landscapes lane lanes lang language languages lanka laos lap laptop laptops large largely larger largest larry
submitted by essidus to OneWordBan [link] [comments]

La production pour le profit : anarchie et pillage - Capitalisme et réchauffement climatique (Part 2) (Mars 2016)

https://archive.is/5KYLY
Les ravages de l’impérialisme
Quels que soient véritablement les conséquences et le calendrier du réchauffement climatique, une chose est sûre : dans un monde dominé par le capitalisme impérialiste, ce sont essentiellement la classe ouvrière et les pauvres qui subiront les conséquences humaines les plus désastreuses – qu’il s’agisse de famines, de la désorganisation de la société ou de maladies. Les pays les moins développés, qui ont des infrastructures insuffisantes et de trop maigres ressources pour s’adapter aux nouvelles conditions climatiques, paieront un très lourd tribut. Le vrai coupable n’est pas tant le changement climatique que le système capitaliste mondial, qui impose aux pays semi-coloniaux des conditions inhumaines et prive leurs populations des moyens de défense les plus élémentaires, et pas seulement en temps de catastrophes.
L’impérialisme moderne, caractérisé par l’exportation de capitaux, s’est développé à la fin du XIXe siècle ; les frontières des Etats-nations s’avéraient trop étroites et confinées pour satisfaire les besoins des capitalistes en nouveaux marchés et en main-d’œuvre bon marché. Par le fer et par le sang, les pays avancés ont au fond partagé le monde en sphères d’exploitation en concurrence les unes avec les autres. Lénine a décrit ce processus dans l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), un classique du marxisme. Chaque classe capitaliste cherchant à défendre ses intérêts aux dépens de ses rivales, les impérialistes se sont embarqués dans une série de conquêtes et de guerres coloniales, dont la Première Guerre mondiale et la Deuxième ont été les points culminants.
Les classes capitalistes d’Amérique du Nord, d’Europe et du Japon exploitent non seulement leur propre classe ouvrière mais aussi les masses opprimées d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, bloquant ainsi tout développement économique et social pour l’immense majorité de l’humanité. Les écologistes citent l’exemple du Sahel en Afrique sub-saharienne comme preuve de l’ampleur des conséquences du réchauffement climatique. Cette région, qui s’étend de l’océan Atlantique au Soudan, connaît depuis plus de quarante ans des sécheresses et des précipitations irrégulières. Il est vrai que la désertification rapide du Sahel, majoritairement peuplé d’éleveurs nomades et de paysans, a exacerbé la concurrence pour la terre entre les nombreux groupes ethniques de la région. Mais le fait que le Sahel s’enfonce dans la pauvreté, la famine et la misère est au fond un phénomène créé par l’homme : c’est une conséquence de la domination impérialiste.
En Afrique, une petite partie seulement des terres sont actuellement arables. Pour développer l’agriculture africaine, il faut construire des systèmes d’irrigation, assécher les marais et assainir les régions insalubres. Mais de telles mesures resteront impensables tant que le continent sera pris dans l’étau du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Le colonialisme a conduit l’Afrique dans une impasse en la forçant à spécialiser son agriculture dans les produits tropicaux destinés à l’exportation afin de pouvoir rembourser une dette usuraire (dette d’ailleurs accumulée dans une large mesure pour importer massivement des produits alimentaires). La destruction de l’Etat ouvrier bureaucratiquement déformé soviétique en 1991-1992 a considérablement aggravé la dévastation du continent africain. L’Union soviétique constituait en effet le principal contrepoids à l’impérialisme américain et elle fournissait une aide importante à divers régimes du tiers-monde.
Tant que durera le capitalisme, il continuera à provoquer des famines à grande échelle et autres fléaux, comme les épidémies de maladies évitables causées par le manque d’infrastructures sociales de base (égouts, alimentation en eau potable, etc.). Même si le réchauffement climatique produit par l’homme était stoppé d’une façon ou d’une autre sous le capitalisme, les déprédations impérialistes continueraient sans relâche. Ceci a notamment comme conséquence que des milliards de personnes resteraient vulnérables aux changements climatiques « naturels », aux fluctuations régionales des cycles saisonniers, aux « événements météorologiques extrêmes » comme les ouragans et autres catastrophes naturelles. Le tremblement de terre qui a touché Haïti en janvier 2010 en est l’illustration : le nombre de victimes – environ 250 000 personnes – est le résultat de l’oppression impérialiste à laquelle est soumis depuis plus d’un siècle ce pays extrêmement pauvre, une oppression qui l’a laissé complètement à la merci des effets du séisme. A Port-au-Prince, les bâtiments mal construits se sont tout simplement écroulés ; aujourd’hui environ 1 500 000 Haïtiens vivent toujours sous des tentes de fortune.
La lutte pour le renversement révolutionnaire de l’ordre capitaliste décadent est une question de survie pour l’humanité. Une petite preuve de la supériorité d’une économie collectivisée sur le système capitaliste de production pour le profit est la façon dont Cuba, un Etat ouvrier déformé, a su protéger sa population d’ouragans dévastateurs. Quatre ouragans ont frappé Haïti en 2008, faisant 800 morts. Deux de ces tempêtes ont également traversé Cuba, entraînant la mort de quatre personnes. Malgré la mauvaise gestion bureaucratique de l’économie et la relative pauvreté du pays – aggravée par plus de quarante ans d’embargo économique américain –, Cuba est connue pour l’efficacité avec laquelle sont évacués ses habitants lors de catastrophes naturelles de ce genre : le gouvernement diffuse rapidement des prévisions météorologiques, il éduque et mobilise la population et organise l’hébergement d’urgence, les moyens de transport, l’approvisionnement en produits alimentaires ainsi que l’assistance médicale.
Spéculation et protectionnisme
Même si beaucoup de militants radicaux écologistes se considèrent anticapitalistes, toutes les variantes de l’écologisme sont des expressions de l’idéologie bourgeoise – elles proposent des correctifs sans remettre en question la pénurie et la société de classe. Les « solutions » au réchauffement climatique préconisées par de nombreux écologistes se basent sur le marché et elles ont la faveur des gouvernements capitalistes un peu partout dans le monde. Leur pièce maîtresse est le système dit « de plafonnement et d’échange » (plafonnement des émissions et échange des droits d’émission), qui est appliqué aujourd’hui dans toutes les économies européennes. Ce programme fixe une limite généreuse à la quantité de gaz à effet de serre que les entreprises sont autorisées à émettre (« plafonnement »). Celles d’entre elles dont les émissions dépassent cette limite doivent acheter des crédits à celles qui émettent moins que leur niveau autorisé (« échange »). En fin de compte, c’est la classe ouvrière qui fait les frais de ce système, en premier lieu du fait des coûts plus élevés de l’énergie et des carburants. De même, si l’on instaurait une taxe carbone destinée à refléter le « coût social » des émissions sous forme de « prix », ce serait la classe ouvrière qui en supporterait le coût.
Les entreprises peuvent également éviter de réduire leurs émissions si elles investissent dans des mécanismes de « compensation » : des projets mis en place ailleurs, souvent dans des pays pauvres, et qui sont censés réduire la quantité de gaz à effet de serre présente dans l’atmosphère. Dans le cadre de l’un de ces projets, des familles rurales pauvres en Inde ont reçu des pompes à pédale pour irriguer leurs terres. Un autre projet encourage les Kenyans à utiliser des générateurs qui marchent au fumier. Des programmes de plantation d’arbres au Guatemala, en Equateur et en Ouganda ont perturbé les systèmes locaux d’approvisionnement en eau, obligeant ainsi des milliers de paysans à quitter leur terre sans avoir jamais reçu la compensation promise pour s’occuper des arbres. Les écologistes occidentaux peuvent peut-être « compenser » leur sentiment de culpabilité libérale de vivre une vie confortable en soutenant de tels programmes, mais dans le tiers-monde, le résultat final n’est autre qu’une paupérisation accrue des masses.
Le système « de plafonnement et d’échange » est devenu un nouveau terrain de spéculation. Certains fabricants de produits chimiques, comme la société DuPont, ont accru leur production d’un certain réfrigérant, le HFC-23 (un gaz à fort effet de serre), dans le but d’en incinérer un sous-produit de fabrication et de toucher ainsi une grosse somme en « compensation ». Le « marché carbone » promet aussi de devenir un nouveau terrain de jeu gigantesque pour les spéculateurs, les virtuoses du capital-risque et les banques d’affaires – un peu comme celui des créances hypothécaires qui a précipité l’implosion de l’économie mondiale. Plus de 130 milliards de dollars se sont échangés sur le marché mondial du carbone en 2009.
L’écologisme va aussi de pair avec le chauvinisme, ce qu’illustre le soutien des écologistes aux mesures de protectionnisme commercial. Si les principaux acteurs de la conférence de Copenhague étaient arrivés à un accord, cela aurait certainement eu comme conséquence un regain de protectionnisme. Comme l’a fait remarquer Michael Levi dans Foreign Affairs (septembre-octobre 2009) : « En dehors des sanctions commerciales et autres pénalités désagréables, le monde a peu d’options efficaces pour faire appliquer les engagements pris pour réduire les émissions. » En effet, la législation environnementale a longtemps servi de couverture pour imposer des droits de douane, une pratique bien établie dans les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Historiquement, le protectionnisme a provoqué en représaille des guerres commerciales, qui ont une fâcheuse tendance à se transformer en guerres tout court.
Le président de la Commission européenne a menacé en 2009 d’imposer une taxe sur les produits en provenance des Etats-Unis et d’autres pays non signataires du protocole de Kyoto, ceci afin de protéger les entreprises européennes. Aux Etats-Unis, la version du projet de loi présenté par le Parti démocrate à la Chambre des représentants pour instaurer un système « de compensation et d’échange » inclut une disposition qui prévoit une taxe sur les importations en provenance des pays qui n’auraient pas réduit leurs émissions d’ici 2020. L’industrie sidérurgique américaine appelle déjà à des sanctions contre les producteurs d’acier chinois si la Chine ne s’engage pas à réduire ses émissions de carbone. Emboîtant le pas aux aciéristes américains, les bureaucrates chauvins et anticommunistes du syndicat des ouvriers de la sidérurgie United Steelworkers ont porté plainte contre la Chine pour violation des règles de l’OMC parce qu’elle subventionne les exportations de panneaux solaires, d’éoliennes et autres équipements d’« énergie propre ». Le protectionnisme donne de la crédibilité à l’idée mensongère que dans chaque pays les travailleurs sont liés à leurs exploiteurs par des « intérêts nationaux » communs ; c’est du poison pour la solidarité internationale de la classe ouvrière.
Le protectionnisme visant les importations d’éthanol de canne à sucre en provenance du Brésil et d’autres pays fait aussi partie intégrante du plan du gouvernement Obama pour l’« indépendance énergétique » des Etats-Unis. En qualifiant la dépendance des Etats-Unis envers le pétrole du Proche-Orient de talon d’Achille de l’Amérique, Obama n’a laissé planer aucun doute sur le fait que l’« indépendance énergétique » est un cri de ralliement pour accroître la capacité de l’impérialisme américain à réaliser ses ambitions militaires et économiques dans le monde entier, grâce à la diversification de ses ressources énergétiques et une meilleure maîtrise de celles-ci.
Ce n’est pas par hasard que des groupes comme Greenpeace reprennent à leur compte le slogan de l’« indépendance énergétique ». Les principales organisations politiques écologistes, les partis « verts », sont des partis capitalistes de deuxième ordre hostiles au prolétariat. Aux Etats-Unis, les Verts jouent un rôle de groupe de pression libéral sur le Parti démocrate. Ce parti compte dans ses rangs des apôtres de l’écologisme comme Al Gore qui, à l’époque où il était vice-président sous Bill Clinton, a contribué à la mise en œuvre des sanctions pour affamer les Irakiens, ainsi qu’au bombardement de la Serbie. En Allemagne, les Verts ont participé à une coalition gouvernementale capitaliste avec le Parti social-démocrate de 1998 à 2005. Durant cette période, les écologistes allemands ont fait écho sur le thème de la « lutte contre la surpopulation » aux discours de l’extrême droite et à son racisme anti-immigrés. Joschka Fischer, ministre vert des Affaires étrangères, a déployé l’armée allemande en dehors des frontières (pour la première fois depuis le Troisième Reich de Hitler) pour participer aux guerres menées par les Etats-Unis contre la Serbie et l’Afghanistan.
La montée du capitalisme vert
L’écologisme n’est en aucune manière hostile à la production pour le profit. Comme le fait remarquer l’auteur d’un article du New York Times (21 avril 2010) intitulé « 40 ans après, la Journée de la Terre est une affaire de gros sous » : « L’hostilité aux entreprises était telle, au moment de la première édition de la Journée de la Terre en 1970, que les organisateurs n’avaient accepté aucune subvention de la part des grandes entreprises et qu’ils proposaient des séminaires pour “tenir tête aux chefs d’entreprise et de gouvernement dans les débats”. Quarante ans plus tard, la Journée de la Terre est devenue un événement marketing branché pour vendre tout un éventail de biens et de services, comme des fournitures de bureau, des yaourts grecs et des produits éco-dentaires. »
La rhétorique « écolo » n’a jamais été aussi présente qu’aujourd’hui dans les conseils d’administration des entreprises. En 2009, une légion de grandes entreprises avaient quitté la chambre de commerce américaine pour protester contre son déni total du réchauffement climatique. Cette attitude reflétait des intérêts divergents au sein de la bourgeoisie américaine. Plusieurs grandes entreprises ont décidé d’adopter une politique de « neutralité carbone », comme le géant de l’Internet Google, qui se flatte de construire des centres de données « éco-énergétiques » et d’investir dans des installations solaires et des parcs éoliens.
Lord Browne, ex-directeur général de British Petroleum (BP), avait contribué au milieu des années 1990 à lancer cette mode en faisant passer l’amélioration des rendements pour des réductions d’émissions et en faisant tout un battage là-dessus à coups de communiqués de presse. Aux Etats-Unis, les homologues de Browne injectaient des millions de dollars dans les caisses de la « Global Climate Coalition », l’un des groupes industriels les plus ouvertement opposés à la réduction des émissions. Browne au contraire flairait les subventions et les avantages fiscaux qui allaient découler du consensus occidental naissant selon lequel les émissions de carbone étaient un problème. Il rebaptisa son entreprise « Beyond Petroleum », créa un nouveau logo « écolo » et entreprit de faire du producteur régional qu’était BP une compagnie pétrolière mondiale engagée aussi dans les énergies « alternatives ». Pendant ce temps, BP réduisait les coûts en utilisant des matériaux de construction bon marché et rognait sur les dispositifs de sécurité des plates-formes pétrolières, préparant ainsi le terrain pour de nombreux « accidents », comme l’explosion d’avril 2010 qui causa la mort de onze travailleurs et le déversement de millions de barils de pétrole dans le golfe du Mexique (voir « Désastre dans le golfe : la course au profit capitaliste tue », Workers Vanguard n° 961, 2 juillet 2010).
Même si les écologistes libéraux et les réformistes de l’ISO montrent BP du doigt parce que ce dernier cherche à « écoblanchir » son exploitation des combustibles fossiles, le fait est que Browne a été l’un des instigateurs du mouvement pour le « passage au vert ». L’attention médiatique qui a entouré le calculateur de consommation énergétique que BP avait posté en 2005 sur son site internet a contribué à populariser l’idée que chaque individu devait réduire son « empreinte carbone ». L’année suivante, Al Gore prescrivait dans son documentaire Une vérité qui dérange l’abandon de certaines habitudes de vie prétendument gaspilleuses : les gens devaient consommer moins, utiliser moins d’eau chaude, remplacer leurs ampoules à incandescence par des lampes fluo-compactes et gonfler correctement leurs pneus de voiture. L’Economist de Londres (31 mai 2007), porte-parole du capital financier, faisait remarquer sarcastiquement que « les choix économiques individuels ne feront pas l’ombre d’une différence pour l’avenir de la planète. On ne sauvera pas les ours polaires en éteignant les lumières. » Les sermons d’Al Gore sur la réduction de la consommation ne l’empêchent pas de profiter de sa somptueuse villa de Nashville ou de son jet privé.
« Faire plus avec moins » n’est pas franchement une option pour les ouvriers au chômage dans les friches industrielles de Detroit, ou pour les populations qui vivent entassées dans les bidonvilles de Calcutta. Les entreprises qui deviennent « neutres en carbone » n’amélioreront pas les conditions de travail sur les chaînes de montage, où les ouvriers risquent de perdre un membre ou même la vie parce que les patrons décident d’augmenter les cadences pour extraire un maximum de profit. Le recours à des sources d’énergie « alternatives » ne réduira pas les niveaux de pollution dans les quartiers pauvres et ouvriers. Les entreprises qui produisent de l’énergie, en revanche, s’en mettront plein les poches.
Toute tentative d’utiliser de façon rationnelle les ressources de la planète et d’éviter la dégradation à grande échelle de l’environnement se heurte nécessairement à l’anarchie de la production sous le capitalisme, un système qui repose sur la propriété privée des moyens de production (les usines, la technologie, la terre, etc.). Même si les usines individuellement peuvent être bien organisées, il n’y a pas de planification économique à l’échelle mondiale. Les décisions d’investissement, y compris pour la recherche et le développement, sont avant tout motivées par le profit.
Friedrich Engels, qui a fondé avec Karl Marx le socialisme moderne et scientifique, écrivait dans son essai inachevé de 1876 « Le rôle du travail dans la transformation du singe en homme » :
« Pourvu que individuellement le fabricant ou le négociant vende la marchandise produite ou achetée avec le petit profit d’usage, il est satisfait et ne se préoccupe pas de ce qu’il advient ensuite de la marchandise et de son acheteur. Il en va de même des effets naturels de ces actions. Les planteurs espagnols à Cuba qui incendièrent les forêts sur les pentes et trouvèrent dans la cendre assez d’engrais pour une génération d’arbres à café extrêmement rentables, que leur importait que, par la suite, les averses tropicales emportent la couche de terre superficielle désormais sans protection, ne laissant derrière elle que les rochers nus ? Vis-à-vis de la nature comme de la société, on ne considère principalement, dans le mode de production actuel, que le résultat le plus proche, le plus tangible. »
Pourquoi la question de l’environnement suscite-t-elle alors des inquiétudes de la part de nombreux porte-parole de la bourgeoisie ? D’abord parce qu’un capitaliste individuel va s’inquiéter s’il est démontré que la pollution industrielle affecte sa propre santé et pas seulement celle de ses esclaves salariés. Plus généralement, un nombre croissant de représentants politiques des capitalistes s’alarment face à la menace de perturbations économiques et sociales que fait peser le réchauffement climatique. Un article du New York Times (9 août 2009) intitulé « Le changement climatique considéré comme une menace pour la sécurité américaine » citait plusieurs experts militaires et spécialistes du renseignement qui évoquaient la possibilité, dans les prochaines décennies, « d’intervenir militairement pour faire face aux effets de tempêtes violentes, de sécheresses, de migrations de masse et d’épidémies ». Le Pentagone élabore déjà des plans pour sécuriser ses installations situées au niveau de la mer et fortifier les frontières pour empêcher l’entrée de réfugiés. Les discours du gouvernement sur la sauvegarde des intérêts américains sont une recette pour de nouvelles interventions impérialistes comme l’occupation d’Haïti, sous couvert de « porter secours aux victimes de la catastrophe » après le séisme de janvier 2010.
Ceux qui à gauche ne croient plus à une révolution socialiste prolétarienne n’ont plus rien d’autre à proposer que leurs propres scénarios catastrophe avec des stratégies réformistes impuissantes. Dans la New Left Review (janvier-février 2010), Mike Davis écarte la possibilité d’une « révolution mondiale », qualifiée de « scénario complètement irréaliste ». Il se résigne ainsi à accepter l’inévitabilité d’une catastrophe écologique imminente : « Au lieu de galvaniser l’innovation héroïque et la coopération internationale, les turbulences environnementales et socio-économiques croissantes risquent simplement de pousser encore plus les classes supérieures à se claquemurer frénétiquement pour s’isoler du reste de l’humanité […]. L’objectif serait de créer de vertes oasis de richesse permanente, entourées de murs, au milieu d’une planète dévastée. »
John Bellamy Foster, une vedette de l’« éco-socialisme », déploie tous ses efforts pour transformer Karl Marx en un proto-écologiste et pour vider le marxisme de son contenu révolutionnaire. Dans un article publié dans la Monthly Review (janvier 2010), il parle d’un « nouveau prolétariat environnemental » composé de petits paysans, d’habitants des bidonvilles sans travail et d’autres couches de la population du tiers-monde « directement exposées et qui seront les premières touchées par les catastrophes imminentes ». Ce « prolétariat » est présenté comme « le principal agent historique et l’initiateur d’une nouvelle ère de révolutions écologiques ». Cette notion prend clairement ses racines dans la « nouvelle gauche » des années 1960. Celle-ci rejetait l’idée que la classe ouvrière, dans les pays avancés comme dans le monde néocolonial, est la seule à pouvoir renverser l’ordre capitaliste et collectiviser les moyens de production. Après la disparition de la nouvelle gauche, de nombreux militants radicaux se sont réconciliés avec l’impérialisme et ont adhéré à l’une ou l’autre variante de la politique écologiste.
Il existe bel et bien un prolétariat dans les régions dont parle Bellamy : les mineurs de platine en Afrique du Sud, les ouvriers des chaînes de montage de l’industrie automobile en Inde et dans les usines aéronautiques au Brésil. Comme dans les pays capitalistes avancés, ce qui manque ce sont des partis ouvriers révolutionnaires, capables de mobiliser cette puissance sociale en se mettant à la tête des masses dépossédées des villes et des campagnes pour les mener vers une révolution socialiste.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/215/climat.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Etats-Unis : face aux attaques, le syndicat des dockers ILWU tient bon - Les leçons de la bataille de Longview

https://archive.is/v44Hr
Le Bolchévik nº 200 Juin 2012
Les membres de la section locale 21 du syndicat des dockers ILWU (International Longshore and Warehouse Union) ont commencé le 7 février à charger du blé à destination de la Corée du Sud. C’était le premier bateau à entrer dans le tout nouveau terminal ultramoderne de la firme céréalière EGT à Longview, dans l’Etat de Washington. Deux jours plus tard, les membres de la section 21 approuvaient par un vote une convention collective de cinq ans couvrant à la fois les techniciens de maintenance et les opérateurs du terminal. Les briseurs de grève de la section locale 701 du « syndicat » jaune Operating Engineers ont dégagé, et le syndicat ILWU a repris sa place. Ceci marque la fin de près de deux ans de confrontation entre d’un côté l’ILWU et de l’autre le géant céréalier EGT, avec derrière lui, en fin de compte, toutes les ressources de l’Etat capitaliste.
Nous saluons la combativité et la détermination des membres de l’ILWU qui ont lutté avec tant d’acharnement, et tout particulièrement ceux de la section locale 21. Dès le début de cette bataille, le syndicat et ses alliés ont mobilisé leurs forces avec des actions syndicales comme on n’en avait pas vues dans ce pays depuis des dizaines d’années. Des piquets de grève de masse ont été organisés pour bloquer les trains chargés de céréales à destination du terminal EGT. Les flics ont riposté par une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’arrestations à répétitions visant les membres de l’ILWU et ceux qui les soutenaient. Robert McEllrath, le président de l’ILWU international, qui avait lui-même été molesté par les flics, appela à lever les piquets le 7 septembre dernier, après une attaque de la police contre les piquets de grève, et à attendre le soutien d’autres dockers. Le lendemain, les ports de toute la région étaient paralysés, et les membres de l’ILWU convergeaient sur Longview et donnaient à EGT, à ses sbires et aux flics briseurs de grèves un avant-goût de ce qu’est réellement la puissance du mouvement syndical. Pendant que les médias hostiles à la classe ouvrière criaient partout que des milliers de tonnes de céréales avaient été jetées sur les voies, EGT, avec le soutien du Conseil national du travail [l’inspection du travail] d’Obama, a porté l’affaire devant les tribunaux qui ont condamné le syndicat à payer plus de 300 000 dollars d’amendes.
La direction de l’ILWU international a reculé et s’est contentée de porter plainte devant les tribunaux capitalistes et de faire campagne pour un référendum pour obtenir la révocation du shérif du comté de Cowlitz. Plusieurs trains chargés de céréales entrèrent sans encombre dans le terminal où ils furent déchargés par des jaunes de la section locale 701 des Operating Engineers. Fin 2011, EGT avait commencé à organiser le chargement des céréales avec le soutien de l’appareil de « sécurité intérieure » de l’administration Obama. Le syndicat faisait maintenant face à la flottille de bateaux et d’hélicoptères armés des gardes-côtes qui avait été mobilisée pour escorter le premier bateau qui remonterait le fleuve Columbia vers le terminal EGT. Invoquant de précédentes actions « violentes » de l’ILWU, les gardes-côtes imposèrent une « zone de sécurité » temporaire autour du terminal et de tout bateau en approche, et proclamèrent qu’ils étaient autorisés à prendre toute mesure nécessaire pour la faire respecter. Toute violation de cette zone pouvait être sanctionnée par des amendes d’un maximum de 250 000 dollars et jusqu’à six ans d’emprisonnement.
Le conseil syndical central des comtés de Cowlitz et de Wahkiakum publia un « Appel à l’action » appelant les travailleurs et leurs alliés à se mobiliser à Longview lorsque arriverait le premier bateau. McEllrath écrivit à toutes les sections locales du syndicat ILWU pour les inviter à se préparer à des actions de protestation. Le mouvement populiste « Occupy » organisa des caravanes qui devaient converger vers l’Etat de Washington en longeant la côte Ouest des Etats-Unis. Aux quatre coins du pays, des syndicats et des conseils syndicaux particuliers votèrent des résolutions et envoyèrent des lettres de protestation contre le déploiement de l’armée américaine pour attaquer l’ILWU.
Une confrontation entre les forces militaires déployées par l’administration Obama et des syndicalistes et des activistes du mouvement Occupy aurait eu un impact négatif sur les perspectives politiques des démocrates pendant la campagne des élections présidentielles de 2012. Alors que se répandait la nouvelle de l’arrivée imminente du premier bateau, le gouverneur démocrate de l’Etat de Washington joua le rôle d’intermédiaire pour négocier un projet d’accord entre l’ILWU et EGT.
Le « partenariat » entre le mouvement ouvrier et le capital est un mensonge !
Le président de l’ILWU international salue aujourd’hui « le partenariat entre l’ILWU et EGT » comme le début de « nombreuses années de fonctionnement sécurisé et productif du site, et de stabilité de l’industrie de l’exportation céréalière dans le nord de la côte Ouest ». Mais toute la bataille de Longview apporte en elle-même un démenti à la bureaucratie syndicale quand celle-ci cherche à promouvoir un soi-disant « partenariat » entre les dockers et les propriétaires d’EGT – un mensonge au cœur de l’offensive des patrons et de leur Etat qui, en l’absence de presque toute riposte, a considérablement affaibli les syndicats dans ce pays.
Le secteur céréalier américain est le plus important et le plus rentable du monde. C’est une industrie dont le chiffre d’affaire se compte en dizaines de milliards de dollars. Sa « stabilité » signifie la flambée des prix des produits alimentaires, la famine et la mort pour des millions de personnes sur cette planète. L’approvisionnement mondial en céréales est contrôlé par une poignée de géants agro-industriels, notamment Cargill et Archer-Daniels-Midland, qui ont tous deux leur siège aux Etats-Unis. Leurs profits dans ce pays proviennent d’une exploitation de plus en plus intense de la classe ouvrière, raison pour laquelle EGT a fait tout ce qu’il pouvait pour casser l’ILWU dans son terminal de Longview. Il n’a pas réussi à le faire. L’organisation syndicale sur toute la côte Ouest a été préservée ainsi que les emplois dans le port de Longview, où le syndicat est actif depuis 80 ans.
Dan Coffman, président de la section locale 21 de l’ILWU, a déclaré à Workers Vanguard que le syndicat avait obtenu gain de cause sur sa revendication que la société cotise à la mutuelle et à la caisse de retraite gérées conjointement par l’ILWU et l’association patronale PMA (Pacific Maritime Association). EGT sera également tenu de payer au tarif des heures supplémentaires tout travail au-delà de huit heures par jour. Néanmoins, le fait qu’EGT puisse obliger des membres de l’ILWU à faire des journées continues de 12 heures constitue une réelle menace pour la santé et la sécurité des travailleurs. (La convention collective signée par l’ILWU et la PMA autorise au maximum des journées continues de 10 heures, et ceci uniquement si le bateau doit appareiller immédiatement.) De plus, EGT paiera le travail de nuit au tarif de jour et non un tiers plus cher, ce qui était auparavant la norme.
Le syndicat a également réussi à imposer, contre la volonté d’EGT, que les techniciens de maintenance et les autres travailleurs à l’intérieur du terminal soient intégrés à l’ILWU. Ces travailleurs étaient auparavant sélectionnés séparément par EGT parmi les membres de la section 21 et embauchés en tant que salariés « permanents », en dehors du bureau d’embauche syndical de la section 21. Ils devaient ensuite décider s’ils voulaient ou non être représentés par l’ILWU. Le recours à des permanents, dont l’emploi est garanti par contrat avec une compagnie maritime ou un manutentionnaire particulier, est depuis longtemps autorisé par la convention collective entre l’ILWU et la PMA. Ceci constitue une entorse au système du bureau d’embauche syndical et de l’affectation à tour de rôle aux bateaux. Ces acquis de la grève historique de 1934, dans laquelle l’ILWU a été forgé, sont conçus pour répartir équitablement le travail disponible entre les membres de l’ILWU. Coffman nous a également expliqué que le syndicat avait perdu sur sa revendication de fournir les opérateurs de la salle de contrôle du terminal EGT, ce qui signifie que le terminal sera piloté par EGT.
Au moment où les syndicats, comme celui de la fonction publique du Wisconsin, se font laminer par les attaques des capitalistes, le fait que l’ILWU de Longview ait réussi à tenir bon face à EGT est un vrai succès. Mais la bataille est loin d’être terminée. L’ILWU est toujours sous le coup d’une amende de plus de 300 000 dollars dont il a fait appel devant les tribunaux fédéraux. Même si les tribunaux ont acquitté certains des ouvriers arrêtés, plusieurs membres de l’ILWU sont toujours inculpés, y compris au pénal. L’ILWU et ceux qui le soutiennent doivent se battre pour que toutes ces inculpations soient levées ! Et la prochaine bataille sera menée contre les autres sociétés céréalières le 1er octobre, quand l’accord sur la manutention des céréales qui les lie à l’ILWU sera renégocié.
Le terminal EGT de Longview, qui a coûté 200 millions de dollars, est le premier terminal céréalier à être construit aux Etats-Unis depuis 25 ans. Il est équipé pour traiter une moyenne de 3 000 tonnes par heure, très au-delà des 750 à 2 500 tonnes par heure des autres silos-élévateurs du Nord de la côte Ouest. EGT, qui prévoit de charger entre 150 et 200 bateaux par an à Longview, est un conglomérat multinational qui associe la société Bunge North America, dont le siège est à Saint Louis, le Japonais Itochu Corporation et STX Pan Ocean, un armateur sud-coréen. Cette entreprise espère ainsi tirer de juteux profits de l’augmentation annoncée des exportations américaines de maïs, de blé et de soja vers l’Asie. Face à une telle concurrence, les autres exportateurs de céréales chercheront à faire payer leurs pertes par les membres de l’ILWU.
La manutention des céréales par l’ILWU au Nord de la côte Ouest, pour l’essentiel du transport en vrac, est couverte par des conventions collectives différentes de celle entre l’ILWU et la PMA, laquelle est dominée par des armateurs de navires porte-conteneurs. La convention collective ILWU-PMA expirera en 2014. La PMA va suivre de très près les négociations dans le secteur céréalier ; elle cherchera à les utiliser à son avantage contre l’ILWU. Avec l’achèvement, la même année, des nouveaux travaux d’élargissement du canal de Panama, la PMA jouera sur la crainte que les armateurs envoient leurs porte-conteneurs directement vers la côte Est au lieu de les décharger sur la côte Ouest et d’expédier les conteneurs par chemin de fer à travers le continent. Le terminal de la compagnie APM à Hampton Roads en Virginie, ouvert en 2007, est hautement automatisé en comparaison avec les ports de la côte Ouest. C’est le troisième plus grand terminal à conteneurs des Etats-Unis. Les armateurs des deux côtes cherchent à dresser le syndicat ILA (International Longshoremen’s Association), qui organise les dockers de la côte Est et du golfe du Mexique et dont la principale convention collective expire le 30 septembre prochain, contre l’ILWU qui est relativement plus puissante, dans une course au nivellement par le bas avec comme enjeu les emplois.
L’ILWU et l’ILA sont tous les deux des bastions syndicaux de plus en plus isolés dans un océan de travailleurs non syndiqués avec des salaires bas dans la chaîne sans cesse plus développée du commerce mondial, que ce soit les camionneurs des ports, les travailleurs des entrepôts et des infrastructures ferroviaires intermodales ou les marins sur les cargos géants. L’érosion de la puissance des syndicats de dockers a aussi été amplifiée par la soumission de leurs directions à la compétitivité et aux intérêts nationaux des capitalistes qui dirigent l’Amérique. Ce qu’on a vu dans les piquets de grève de masse et les autres actions menées à Longview, c’est la puissance des travailleurs unis sur la base de leurs propres intérêts de classe dans la lutte contre les employeurs. Mais cette combativité initiale s’est heurtée de plein fouet à la collaboration de classes des dirigeants traîtres du syndicat.
Les lignes de front d’une bataille de classe internationale
La direction de l’ILWU a présenté la lutte contre EGT comme celle d’une petite communauté contre une multinationale « étrangère ». Il s’agissait au contraire d’une bataille de classe opposant les ouvriers aux propriétaires capitalistes d’EGT. Dans une bataille de ce genre, les propriétaires peuvent s’appuyer sur les forces de l’Etat capitaliste, qui est là précisément pour défendre leurs intérêts, depuis les flics « îlotiers » jusqu’aux forces du Département de la sécurité intérieure et l’armée, en passant par les shérifs. La puissance des travailleurs vient de leur organisation collective et de leur capacité d’arrêter la production et de bloquer le flot des profits. Pour utiliser cette force, les actions de solidarité entre différents syndicats et avec les travailleurs au niveau international sont cruciales. Et elles le sont d’autant plus avec les livraisons « juste à temps » et l’interconnexion croissante de la production mondiale. C’est précisément parce qu’elles sont particulièrement efficaces que des actions telles que le refus de charger ou décharger des cargaisons et les grèves de solidarité ont été déclarées illégales.
Comme dans n’importe quel conflit, la question de qui gagne et qui perd est décidée par la force relative des camps qui s’affrontent. La puissance du syndicat résidait dans sa capacité à bloquer l’entrée ou la sortie des céréales au terminal EGT. En pleine saison de récolte céréalière, à la fin de l’été et au début de l’automne, EGT était particulièrement vulnérable. L’ILWU avait un besoin urgent du soutien de la puissance et de la solidarité d’autres syndicats, et tout particulièrement ceux de la chaîne du transport des cargaisons céréalières d’EGT.
Tout au début, le syndicat et ses alliés ont mobilisé des piquets de masse qui ont bloqué les trains qui transportaient des céréales. Ces trains étaient conduits par des membres du syndicat des conducteurs de locomotive BLE (Brotherhood of Locomotive Engineers), affilié à la confédération des Teamsters. Lorsque l’ILWU dut céder du terrain face à une répression policière massive, les trains recommencèrent à rouler. Jimmy Hoffa Jr., président des Teamsters, envoya alors une lettre où il s’engageait à soutenir l’ILWU dans la lutte contre EGT. Mais la solidarité la plus élémentaire aurait voulu que le BLE bloque les trains. Cela aurait été un défi à la loi Taft-Hartley et aux nombreuses autres lois qui interdisent de telles actions. C’est en défiant les lois antisyndicales et en luttant contre les flics et autres briseurs de grève que les travailleurs ont construit les syndicats dans ce pays. Et inversement, les syndicats ont été décimés quand ils ont sacrifié les armes de la lutte syndicale sur l’autel de la légalité capitaliste.
La section locale 701 des Operating Engineers, celle-là même qui a fourni ses jaunes à EGT, a reçu le soutien de Richard Trumka, président de la confédération syndicale AFL-CIO. Trumka a déclaré qu’il s’agissait là simplement d’un conflit de « juridiction » entre deux syndicats, conflit qui devait être résolu dans les bureaux des traîtres syndicaux au niveau national ! Comme nous l’écrivions dans notre article « L’ILWU se bat contre une menace mortelle » (Workers Vanguard n° 986, 16 septembre 2011) : « Le seul conflit de “juridiction” à Longview est entre le capital et le travail ! Et Trumka a choisi le camp des patrons. » C’était là une trahison pour le compte du Parti démocrate, qui est tout autant que le Parti républicain un parti des patrons, mais un parti auquel les bureaucrates syndicaux font allégeance en présentant les démocrates comme les « amis du mouvement syndical ». Trumka ne voulait pas qu’une bataille de classe de grande ampleur à Longview vienne menacer les chances de réélection d’Obama. Et en fin de compte les dirigeants de l’ILWU ne le voulaient pas non plus.
Le syndicat était dans une position difficile. Il n’est pas facile de l’emporter quand on est confronté à toute la puissance de l’Etat capitaliste. Mais la capacité de lutte du syndicat a été sapée par le soutien de sa direction aux mêmes forces de « sécurité nationale » auxquelles l’ILWU était confronté. En 2002, la direction internationale de l’ILWU avait collaboré à la rédaction de la « Loi sur la sécurité du transport maritime », qui visait à mettre au pas les docks dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » du gouvernement. Les dirigeants de l’ILWU avaient accepté la mise en place du TWIC, un système d’accréditation des employés des transports, auquel ils n’ont objecté qu’après sa mise en place. A cette occasion, ils avaient de façon scandaleuse montré du doigt en les présentant comme une « menace pour la sécurité nationale » les conducteurs de camion en majorité immigrés et non syndiqués dans les ports. Victimes de contrôles sur leur casier judiciaire et leur titre de séjour, des dizaines de milliers de travailleurs des ports se sont vu refuser cette accréditation « de sécurité ». De nombreux conducteurs de camion immigrés avaient préféré ne pas faire la demande, de peur d’être expulsés.
Parmi les délits susceptibles de motiver une interdiction d’accès aux docks sous le régime du TWIC figure l’implication dans un « incident lié à la sécurité des transports », y compris « s’être livré à une perturbation du système de transport ou à une perturbation économique dans une zone spécifique ». Des responsables des gardes-côtes se sont rendus dans les bureaux de la section 21 de l’ILWU pour menacer de retirer leur carte TWIC à des membres de l’ILWU si des actions de protestation perturbaient le chargement du cargo céréalier.
Face à la puissance militaire de « son » gouvernement, il était absolument nécessaire que l’ILWU en appelle à la solidarité de la classe ouvrière internationale. A l’automne dernier, plusieurs actions de protestation de faible ampleur avaient été organisées au Japon, en Corée et en Australie contre les attaques antisyndicales d’EGT. Il fallait que ces protestations soient suivies d’actions, et pour cela appeler les dockers, en Corée et dans toute l’Asie, à refuser de décharger les céréales mises à bord par les briseurs de grève et expédiées depuis le terminal EGT de Longview. Mais l’ILWU n’était pas le mieux placé pour faire cela, étant donné que ses dirigeants se vantaient bruyamment de défendre les exportateurs américains de céréales contre une multinationale « étrangère ». Les exportations de céréales et autres produits alimentaires sont utilisées comme arme par l’impérialisme US contre les ouvriers et opprimés du monde entier et pour maintenir les pays moins développés sous la botte de la « seule superpuissance mondiale ».
La nature même du travail des dockers, qui est dépendant du commerce mondial, illustre le fait que la lutte des travailleurs est internationale. Les dockers et autres travailleurs de la chaîne mondiale du fret ont une immense puissance sociale potentielle. C’est ce qu’explique très bien un article de JoAnn Wypijewski intitulé « Sur la ligne de front de la lutte de classe mondiale – la chaîne du fret » (CounterPunch, 1er mars 2010) :
« Aussi importante que soit la productivité pour la prospérité de l’industrie du transport maritime, il ne sert à rien d’aller vite dans les ports automatisés s’il y a des ruptures à un point quelconque de la chaîne entre l’usine et le consommateur […]. Aux Etats-Unis, cela implique l’acquiescement sans heurt non seulement des 60 000 dockers, mais aussi celle des 28 000 pilotes de remorqueurs et pilotes de port, des 60 000 conducteurs de camion dans les ports, des 850 000 conducteurs de camion de marchandises, des 165 000 cheminots, des 2 millions de travailleurs des entrepôts et de la distribution, des 370 000 livreurs de colis express, et des 160 000 planificateurs logistiques – et des groupements de travailleurs semblablement interconnectés partout dans le monde. Ils ne sont pas tous syndiqués, mais toutefois il ne serait pas nécessaire qu’ils disent tous non : juste un nombre suffisant d’entre eux, agissant de concert à des points vitaux de la chaîne. »
Mais grâce aux trahisons des dirigeants syndicaux, il n’y a pas eu de telles ruptures dans la chaîne du fret qui amenait les céréales dans le terminal EGT et les en faisait sortir. Il y a eu une exception notable et honorable, pour ce qui est du départ des bateaux chargés de céréales : l’Inland Boatmen’s Union, le syndicat des mariniers (qui fait partie de l’ILWU), a refusé de conduire les remorqueurs pour faire rentrer et sortir les bateaux. L’ILWU avait le dos au mur face aux forces militaires des Etats-Unis, mais le patriotisme de sa direction qui proclame « l’Amérique d’abord » sape sa capacité à en appeler à la solidarité internationale.
Les syndicalistes et leurs alliés qui se sont battus si courageusement doivent en tirer les leçons pour préparer les batailles futures. Pour que les syndicats soient des instruments de lutte contre les patrons, ils doivent rompre les chaînes forgées par les dirigeants traîtres qui lient les travailleurs aux intérêts des exploiteurs capitalistes et de leurs partis politiques. Pour que l’ILWU continue à exister comme syndicat industriel puissant, il est absolument nécessaire de mener une bataille lutte de classe pour syndiquer les très nombreux travailleurs non syndiqués comme les conducteurs de camion dans les ports, ce qui nécessite de combattre le chauvinisme anti-immigrés et de syndiquer ces travailleurs en leur faisant bénéficier des mêmes salaires, avantages sociaux et conditions de travail que les autres membres de l’ILWU. Des centaines de conducteurs de camion du port de Seattle sont en grève depuis deux semaines contre leurs conditions de travail insupportables et pour réclamer le droit à se syndiquer.
Il faut chasser les bureaucrates à la bannière étoilée, ce qui passe par un combat pour une direction lutte de classe, une direction dont la bannière sera le drapeau rouge de l’internationalisme ouvrier ! Une telle direction armera les ouvriers pour mener des batailles sans merci contre les exploiteurs capitalistes, et c’est sur cette base que l’on pourra forger un parti ouvrier multiracial, un parti qui luttera pour une révolution socialiste, afin d’en finir une bonne fois pour toutes avec tout le système de l’esclavage salarié, de l’oppression raciste, de la misère et de la guerre impérialiste.
Où le mouvement populiste Occupy remplace la lutte de classe
Cela en dit long sur les trahisons des dirigeants syndicaux que le mouvement populiste Occupy soit devenu le véhicule central de toutes les protestations contre les ravages de la catastrophe économique créée par les magnats de la finance de Wall Street. L’écrasante majorité des gens autour d’Occupy adhèrent au mythe d’un « bon vieux temps » du capitalisme américain où le gouvernement était censé représenter la « volonté du peuple ». Et pourtant, une grande partie de la gauche « socialiste » dans ce pays salue de façon opportuniste Occupy comme étant la clé de la revitalisation du mouvement ouvrier. Bien au contraire, son populisme à « 99 % » – qui s’étend aux flics, ces briseurs de grève racistes – dissout toute notion de la ligne de classe fondamentale qui sépare les ouvriers et leurs exploiteurs capitalistes.
Dans la région de San Francisco, des charlatans syndicaux adeptes du verbiage de gauche comme Jack Heyman, un bureaucrate de l’ILWU à la retraite, et Clarence Thomas, un ancien membre du comité exécutif de la section locale 10, ont vanté les mérites des « piquets communautaires » du mouvement Occupy qui ont bloqué le port d’Oakland le 2 novembre et à nouveau le 12 décembre. Pendant les jours qui précédaient les blocages d’Occupy du 12 décembre, au cours desquels les ports de Longview et de Portland ont également été paralysés en solidarité déclarée avec le combat de l’ILWU à Longview, Heyman expliquait que « si Occupy réussit aujourd’hui, cela donnera très probablement l’impulsion pour un blocage de tous les ports de la côte Ouest par les dockers lorsque le bateau briseur de grève arrivera ». Mais loin de construire une quelconque « dynamique », le blocage a réduit les travailleurs à jouer au mieux le rôle d’observateurs passifs, attendant sur le bord de la route qu’un médiateur se prononce sur le fait que traverser ces piquets serait ou non dangereux pour leur santé et leur sécurité.
Selon la description enthousiaste qu’en a faite Socialist Worker, le journal de l’International Socialist Organization (13 décembre 2011), il y eut beaucoup d’applaudissements à Oakland le 12 décembre lorsqu’on annonça que le médiateur avait rendu sa décision et que « les travailleurs étaient rentrés chez eux ». Quelle farce ! Les travailleurs n’étaient guère que des pions dans un théâtre d’ombres médiatique et juridique. Ce n’est pas nouveau pour Heyman et Thomas, qui ont bâti leur réputation « militante » dans le milieu de la gauche radicale de San Francisco avec ce genre de piquets communautaires.
Ce genre de piquets peut, de manière épisodique, être une tactique efficace en tant qu’action symbolique qui souligne la nécessité pour les travailleurs de manifester leur solidarité avec leurs frères et sœurs de classe en lutte. Mais ces actions ne contribuent guère à élever chez les travailleurs le niveau de conscience de leur puissance sociale et de leurs intérêts de classe. Alors qu’ils sont présentés comme autant de preuves de la combativité de l’ILWU, ces piquets qui rassemblent des militants de gauche, des libéraux et d’autres forces ont pour base la même acceptation des lois antisyndicales derrière laquelle l’ILWU et les autres dirigeants syndicaux cachent leur trahison des actions ouvrières combatives. On pouvait le voir dans une déclaration intitulée « Occupez les ports » publiée pour mobiliser en vue des blocages du 12 décembre, et qui expliquait que « les syndicats ouvriers sont contraints par une législation fédérale réactionnaire et antisyndicale […] à ne pas mener d’actions syndicales de solidarité ».
Les piquets de grève ne sont pas des spectacles de relations publiques organisés au profit des travailleurs. Ils ne sont pas non plus des actions de désobéissance civile de masse menées par les petits-bourgeois et autres éléments déclassés d’Occupy qui n’ont aucun rapport avec la production ni aucune puissance en rapport avec la production. Ce sont des lignes de bataille entre les travailleurs et les capitalistes qui tirent leurs profits de l’exploitation du travail. Leur succès repose sur la conscience et l’organisation des travailleurs mobilisés en tant que classe contre leur ennemi de classe.
La section locale de Longview de l’ILWU a sans nul doute apprécié l’écho que les actions de protestation d’Occupy ont donné à son combat contre les casseurs de syndicats d’EGT. Et qui l’en blâmerait ? Quand la direction de l’ILWU international a reculé, les travailleurs de Longview ont pris tous les coups tandis qu’EGT triomphait, que son terminal se remplissait de céréales et que les forces du gouvernement fédéral d’Obama étaient derrière lui pour les expédier. La solidarité des activistes d’Occupy avec les travailleurs est certainement la bienvenue. Mais les blocages d’Occupy ne pouvaient pas remplacer une mobilisation de la puissance de classe des travailleurs en lutte. Quelles qu’aient été les intentions des manifestants, leurs piquets auraient facilement pu se terminer par une confrontation entre d’un côté les manifestants et de l’autre les travailleurs et leur syndicat. C’est là précisément le programme de l’aile la plus « radicale » d’Occupy, incarnée par les anarchistes du collectif Black Orchid [orchidée noire] de Seattle, qui oppose ouvertement aux syndicats les forces largement petites-bourgeoises d’Occupy, présentées comme un « nouveau mouvement de la classe ouvrière ».
De toute évidence cela ne pose aucun problème à Jack Heyman. Il était un des principaux orateurs dans un meeting d’Occupy à Seattle organisé afin de mobiliser pour une caravane vers Longview au moment de l’arrivée du premier bateau au terminal EGT, et il a alors applaudi « notre sœur Barucha » qui « pense que les syndicats sont des institutions capitalistes », avant d’expliquer que c’est « ce qui est formidable avec ce mouvement Occupy […]. Nous avons des tendances différentes à l’intérieur et nous pouvons soulever nos divergences et nous retrouver quand même ensemble pour un seul but, qui est de remporter la victoire pour les dockers de Longview. » C’est un peu difficile pour des travailleurs qui luttent pour préserver leur syndicat de remporter la victoire avec des gens qui pensent que les syndicats sont des institutions capitalistes ! Mais cela fait tellement longtemps que Heyman se fait passer pour un syndicaliste « militant » auprès des libéraux de gauche qu’il ne peut même pas reconnaître la ligne de classe.
Comme l’ensemble de la bureaucratie syndicale aux Etats-Unis, la direction de l’ILWU international a embrassé le populisme à « 99 % » d’Occupy, sans doute dans l’espoir que cela accroîtrait les chances de réélection d’Obama. Mais les dirigeants du syndicat des dockers étaient hostiles au blocage des ports du 12 décembre. Dans sa lettre du 3 janvier aux sections locales de l’ILWU sur la façon de protester à l’arrivée du premier bateau, McEllrath conseillait aux dockers d’approcher les organisateurs des caravanes d’Occupy vers Longview avec « une extrême prudence ». Plusieurs bureaucrates locaux et membres de l’ILWU du Nord de la côte Ouest ont assisté à la réunion d’Occupy du 6 janvier à Seattle et ont exigé que cette lettre soit lue. Après avoir dû attendre pendant près de deux heures, ils se sont levés pour protester et une bousculade s’en est suivie. En repoussant la demande formulée par les responsables régionaux du syndicat qui subissait les attaques des patrons, les organisateurs de l’événement avaient ouvert la porte à une confrontation de ce genre.
En fait, il semble que ceci ait eu le don de réjouir le collectif Black Orchid. Dans une déclaration publiée après l’événement et intitulée « Unité contre gros bras syndicaux », ils ont condamné les responsables de l’ILWU pour avoir « essayé de nous empêcher de transcender leurs structures agonisantes ». Après cette confrontation, la section locale de l’ILWU à Seattle a voté une motion qui interdisait à ses membres « tout soutien formel ou informel à “Occupy” », ouvrant ainsi la porte à une chasse aux sorcières contre les membres de l’ILWU qui ont travaillé avec Occupy. Une chasse aux sorcières de ce genre pourrait bien se préparer ; elle doit être rejetée par l’ILWU.
L’Internationalist Group (IG), qui a pris fait et cause pour Heyman, nous a écrit pour nous demander « quelle est la position des spartacistes sur cet incident ? » Dans la réponse écrite que nous avons envoyée à l’IG , nous avons été on ne peut plus clairs : « Nous sommes du côté de la défense du syndicat contre l’offensive de cassage antisyndical d’EGT, soutenue par l’armée et les autres forces policières du gouvernement fédéral, et pas avec ceux qui, dans le mouvement Occupy, partagent la position que les syndicats doivent être éliminés. »
L’IG qualifie la politique d’Occupy de « populisme bourgeois » tout en lui reprochant simultanément d’essayer de contourner la bureaucratie syndicale « quand ce qu’il faut c’est mener bataille pour défaire et chasser ces “lieutenants ouvriers de la classe capitaliste” ». Mais Occupy ne fait pas partie du mouvement ouvrier, qui est l’endroit où cette bataille doit être menée. Notre lutte contre les bureaucrates syndicaux est une lutte politique ; nous sommes opposés à ce qu’ils subordonnent les syndicats aux intérêts et aux profits de la classe dirigeante capitaliste américaine. La politique populiste d’Occupy est au fond le reflet de celle des dirigeants syndicaux traîtres. Ceux qui, comme Heyman, l’IG et autres, encensent le mouvement Occupy en guise de substitut aux syndicats ont récolté les fruits de leur propre opportunisme grotesque au meeting de Seattle.
Le pouvoir aux travailleurs !
Occupy n’est pas, et ne peut être, l’instrument pour régénérer le mouvement syndical américain. Ceci est la tâche des travailleurs eux-mêmes. La question n’est pas simplement la préservation des syndicats existants, dont beaucoup ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils étaient auparavant, mais la lutte pour les transformer en bataillons ouvriers de la lutte de classe. Avec sa majorité de membres noirs, la section locale 10 de l’ILWU dans la région de San Francisco établit un pont au-dessus d’une ligne de fracture fondamentale de la société américaine et donne au syndicat la capacité de lier sa puissance sociale à la colère des masses des centres-villes, dont l’existence est considérée sans aucune valeur par les capitalistes américains. Il en va de même pour les membres latino-américains de la section locale de l’ILWU à Los Angeles/Long Beach, qui constituent un lien vital avec l’importante population immigrée latino-américaine de Los Angeles. Ceci peut être un facteur décisif pour organiser les conducteurs de camion dans les ports, qui sont majoritairement immigrés et non syndiqués, et qui ont un rôle crucial à jouer quand il s’agit de bloquer les ports.
Pour pouvoir mener ces batailles, le syndicat doit inscrire sur sa bannière le combat pour les pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés et lutter pour la cause de la libération des Noirs. Mais le syndicat lui-même est miné par les mêmes lignes de fracture ethniques et raciales sur lesquelles les patrons du transport maritime jouent pour diviser et affaiblir l’ILWU, en dressant les uns contre les autres les travailleurs de l’ILWU du Nord de la côte Ouest, majoritairement blancs, les syndiqués noirs de la baie de San Francisco et les syndiqués latino-américains de Los Angeles. En 1934, c’était une grève de toute la côte qui a jeté les bases de la fondation de l’ILWU ; elle unissait les dockers, les marins et les autres travailleurs du transport maritime. A San Francisco, où la lutte des dockers avait été le déclencheur d’une grève générale, la direction du syndicat en avait consciemment appelé à la population noire opprimée et s’était battue contre les tentatives des patrons d’utiliser les divisions raciales et ethniques pour casser la lutte des travailleurs.
La grève générale de San Francisco ne fut pas l’unique grande bataille de classe de 1934. Il y eut aussi la grève de masse qui prit naissance chez les ouvriers des usines de pièces détachées de l’automobile à Toledo, et les grèves des camionneurs de Minneapolis à l’issue desquelles fut forgé le puissant syndicat industriel des Teamsters. Ces grèves furent toutes dirigées par des rouges. Comme l’écrivait James P. Cannon, le fondateur du trotskysme américain, dont les partisans avaient dirigé les grèves de Minneapolis, dans un article sur la grève des transports maritimes de la côte Ouest de 1936 (reproduit dans Notebook of an Agitator [Carnet d’un agitateur], 1958), la signature d’une convention collective « n’est qu’une trêve temporaire, et la nature de ce genre d’accord se décide par le rapport de forces : la “justice” n’a rien à voir là-dedans. Les ouvriers n’auront la justice que quand ils prendront le contrôle du monde […]. Les patrons sont puissants tout d’abord parce qu’ils possèdent les bateaux et les docks, et que les ouvriers n’ont pas encore contesté leur frauduleuse prétention à cette possession. Et parce qu’ils possèdent les bateaux, les patrons possèdent le gouvernement. »
La lutte des travailleurs contre une exploitation de plus en plus brutale ne prendra pas fin tant qu’ils ne se seront pas débarrassés d’un système basé sur la production pour le profit et qu’ils n’auront pas instauré un gouvernement ouvrier qui arrachera les moyens de production des mains des propriétaires capitalistes rapaces pour en faire la propriété collective de la société. Alors, les progrès dans l’automatisation et les autres technologies, qui sont aujourd’hui utilisés comme arme contre l’emploi et le niveau de vie des travailleurs, seront utilisés pour réduire leur charge de travail et conduiront à de formidables améliorations des conditions de vie de la population dans son ensemble.
La voie pour aller de l’avant passe par la lutte pour forger une nouvelle direction lutte de classe des syndicats, qui mènera les batailles à l’issue desquelles un parti ouvrier révolutionnaire pourra être construit. Le but de la Spartacist League est de forger le noyau d’un tel parti, en tant que section américaine d’une organisation internationale révolutionnaire de la classe ouvrière. Comme l’écrivaient Karl Marx et Friedrich Engels il y a plus de 150 ans dans le Manifeste du Parti communiste : « Les prolétaires n’ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »
– Traduit de Workers Vanguard n° 996, 17 février
Protestez contre l'acharnement répressif de l'Etat contre l'ILWU de Longview et ses alliés !
Pour se battre contre l’EGT, les membres de l’ILWU et leurs alliés ont eu recours à des méthodes combatives de lutte de classe qu’on n’avait pas vues depuis des années aux Etats-Unis. En représailles, les dirigeants et les militants de l’ILWU sont victimes d’une campagne de surveillance et de violences policières. Il y a eu plus de 200 arrestations, dont certaines ont été accompagnées de poursuites judiciaires. Beaucoup de ces travailleurs traînés devant les tribunaux sont poussés à plaider coupable de délits pour éviter des poursuites criminelles.
Même si un accord a été maintenant conclu entre l’ILWU et l’EGT, Susan Baur, la procureure du comté de Cowlitz, continue d’intensifier la vendetta contre l’ILWU, main dans la main avec le département du shérif du comté et la police locale. De nouvelles accusations, parfois de crimes, sont concoctées des mois après les faits. Ces poursuites revanchardes visent l’ensemble du mouvement ouvrier dans le but d’intimider les militants syndicaux qui trouvent une inspiration dans la force qu’ont mobilisée les partisans de l’ILWU pour lutter contre les attaques anti-syndicales de l’EGT à Longview.
Ces dockers et ceux qui les soutiennent se sont battus avec courage et détermination. Maintenant nous devons lutter pour eux ! Le Partisan Defense Committee, une organisation de défense légale et sociale non sectaire associée à nos camarades américains de la SL/U.S. et se basant sur la lutte de classe, a envoyé une lettre de protestation au procureur du comté de Cowlitz exigeant l’arrêt immédiat des poursuites. La Fédération nationale des ports et docks CGT a fait de même en France. Nous appelons les syndicats et tous ceux qui s’opposent à la guerre des patrons contre les syndicats à se joindre à cette initiative.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/200/longview.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Fondation du Nouveau parti anticapitaliste de Besancenot - Les sociaux-démocrates du NPA trahissent la classe ouvrière et les opprimés (Mars 2009) (Part 2)

https://archive.is/nO1rO
La fable de l’indépendance vis-à-vis du PS
Aujourd’hui Besancenot a bâti son fonds de commerce sur l’opposition au « social-libéralisme » et sur l’« indépendance » vis-à-vis du PS. Le NPA est bien conscient de l’amertume de nombreux militants et électeurs ouvriers vis-à-vis des gouvernements Mitterrand et Jospin (la moitié du temps avec une participation du PCF) ainsi que vis-à-vis du PS aujourd’hui. C’étaient ces partis (élus à chaque fois avec les voix des pablistes) qui ont été responsables, notamment après la destruction de l’URSS, dans les années 1990, de la mise en œuvre des programmes d’austérité capitaliste attaquant la classe ouvrière, les immigrés et leurs enfants.
Les partis sociaux-démocrates (que ce soit le PS ou le PC, ou en Allemagne le SPD ou die Linke) sont des partis ouvriers-bourgeois qui sont écartelés par la contradiction entre leur programme et leur direction procapitalistes et une base dans les syndicats. Les révolutionnaires marxistes cherchent à dresser la base ouvrière de ces partis contre leur direction afin de construire le parti révolutionnaire nécessaire pour mener à bien une révolution ouvrière.
Pour la survie de son énorme appareil (bien qu’il se réduise comme peau de chagrin), le PC doit faire des accords électoraux avec le PS pour sauver son contrôle sur les municipalités ouvrières et pour faire élire des gens au Parlement, avec les subsides de l’Etat que cela amène. La LCNPA, à l’opposé, du fait qu’elle a une opération plus légère ainsi que la manne de 900 000 euros de l’Etat capitaliste, prétend à un certain niveau d’indépendance par rapport au PS et gagne ainsi en popularité.
Mais l’« indépendance » de la LCR par rapport au PS se transforme imparablement chaque soir de premier tour d’élection en appel à « battre la droite » au deuxième tour. Leurs camarades à Marseille ont appelé à voter pour la liste dirigée par le PS lors des élections municipales de 2008, alors même que le PS avait fusionné sa liste avec celle du parti bourgeois de droite du MoDem ! Ils sont allés lors de ces élections jusqu’à proposer une fusion systématique des listes avec le PS au deuxième tour, c’est-à-dire qu’ils acceptaient de contribuer à la victoire de majorités municipales de front populaire, et d’y participer, à condition que le PS accepte de temps en temps qu’ils puissent voter de façon symbolique contre certaines mesures (de façon symbolique parce que le système électoral offre un bonus à la liste victorieuse, lui fournissant une majorité stable et confortable même quand l’élection était serrée). Le PS a refusé leur offre.
Mais cela n’a pas empêché la LCR de chercher les opportunités ailleurs pour se joindre à des majorités municipales. A Gentilly en banlieue parisienne ils participent à la gestion de la municipalité capitaliste, ayant été élus dès le premier tour sur la liste du maire PCF sortant. Sur le fond la raison d’être des pablistes, comme du Parti de gauche de Mélenchon, c’est de faire pression sur le PS pour qu’il devienne moins « social-libéral » et fasse un front populaire « de gauche », une coalition capitaliste de partis ouvriers-bourgeois avec des formations ouvertement bourgeoises pour battre Sarkozy. Les pablistes la soutiendront, de l’intérieur – ou de l’extérieur : ils se rendent bien compte que s’ils se couchent devant les « sociaux-libéraux » en entrant dans leur gouvernement, comme l’ont fait dernièrement leurs camarades au Brésil, ou en soutenant servilement leur majorité parlementaire officielle comme en Italie, ils vont se faire balayer aux élections suivantes.
Les pablistes ont cependant besoin de mobilisations des travailleurs dans la rue pour faire pression sur le PS. On peut voir à la moindre lutte comment le NPA cherche l’unité à tout prix avec le PS (« une politique unitaire vis-à-vis de l’ensemble de la gauche sociale et politique », comme le déclare la « Résolution générale » du NPA). Dans son interview à l’Humanité du 21 janvier, Besancenot déclare à propos de la mobilisation syndicale du 29 janvier :
« Dans ce contexte, la gauche peut se retrouver et décider d’une initiative nationale contre les licenciements, comme nous l’avions proposée à la mi-décembre à tous les partis, y compris au PS. Nous n’avons malheureusement pas obtenu de réponses. »
Ils ont finalement obtenu une réponse : le PS, pour la première fois depuis l’élection du gouvernement Jospin-Buffet en 1997, a fait une démonstration de force avec une mobilisation massive de ses membres dans les manifestations ouvrières du 29 janvier : avec leur congrès de novembre dernier ils ont commencé à réaliser qu’ils devaient revenir à une ligne social-démocrate plus traditionnelle d’opposition à la droite et prétendre qu’ils sont pour les travailleurs, sous peine de continuer à perdre les élections cruciales. Et ensuite le PS, le PC, le MRC (chevènementistes bourgeois), le Parti de gauche, le NPA, LO ont signé le 3 février une déclaration commune se félicitant du succès de la journée d’action du 29 janvier et exigeant du gouvernement un « bouclier social » pour les pauvres contre la vague actuelle de licenciements. Le PS a signé l’appel à « imposer une autre répartition des richesses et un autre type de développement », et il a immédiatement utilisé l’autorité que lui donnaient de telles déclarations communes avec la « gauche de la gauche » pour proposer un plan de « sortie de crise » dans l’enseignement supérieur (voir le Monde, 12 février).
On a vu un autre exemple d’« unité dans la lutte » du NPA avec la menace de privatisation de la Poste, un sujet important pour le NPA dont l’image de marque est construite sur celle du « petit facteur » Besancenot. Loin de proposer une lutte de classe conséquente, une grève solide, la LCNPA fait la promotion de comités d’usagers contre la privatisation, où l’on retrouve pêle-mêle les maires de village (c’est-à-dire les représentants municipaux de l’Etat privatiseur !) et les citoyens utilisateurs de la Poste, quelle que soit leur classe sociale. Les pablistes utilisent cyniquement le désir d’unité de la classe ouvrière dans la lutte contre les patrons pour faire l’unité non seulement avec les directions sociales-démocrates traîtresses du mouvement ouvrier, mais avec l’ennemi de classe lui-même.
Nationalisation ou socialisation contre expropriation révolutionnaire
A sa conférence le NPA a décidé un mélange de revendications réformistes d’« urgence sociale » face à la crise économique, comme 300 euros par mois avec un salaire minimum de 1 500 euros, l’interdiction des licenciements, etc. On dirait qu’ils ont pensé à tout, y compris « Pour les entreprises qui se révèlent réellement en difficulté, le financement sera assuré par un service public bancaire, et assis sur une cotisation spéciale acquittée par l’ensemble des actionnaires » (« Résolution générale »). En d’autres termes, l’Etat capitaliste doit renflouer les compagnies qui font des pertes en échange d’une taxe sur le capital.
Dans leurs « Principes fondateurs » ils font de beaux discours du dimanche pour « en finir […] avec la propriété privée des principaux moyens de production ». Ils font des déclarations ronflantes pour la « Nationalisation (dans le sens de socialisation) sans rachat ni indemnité de tous les organismes bancaires, expropriation de leurs actionnaires » (« Résolution générale »). Besancenot explique dans une interview publiée dans leur nouvelle revue, Contretemps (n°1, premier trimestre 2009) :
« La social-démocratie et le stalinisme ont insinué l’idée que face au capitalisme, la solution était l’étatisation des moyens de production. Notre lecture n’a jamais été celle-là, mais plutôt la perspective de la socialisation des moyens de production. L’intervention publique, pour nous, c’est celle de la majorité de la population, et pas forcément celle de l’Etat. C’est l’un des enjeux essentiels de ce que nous appelons le “socialisme du 21e siècle”, et que d’autres appellent “écosocialisme”, “autogestion libertaire”, “communisme à visage humain”. »
Derrière leur « majorité de la population » et leur blabla sur la démocratie, ils escamotent la question fondamentale : à qui appartiennent les moyens de production ?
On s’y perd facilement dans les déclarations des pablistes : suivant le milieu où ils capitulent, ils sont pour les nationalisations sous le capitalisme (solution social-démocrate/travailliste classique) ou ils sont au contraire pour l’« autogestion » sous le capitalisme (solution social-démocrate style CFDT des années 1970). Les pablistes sont prêts à tout en ce qui concerne la propriété capitaliste – sauf à son expropriation par un gouvernement prolétarien révolutionnaire, c’est-à-dire le programme marxiste de la dictature du prolétariat et son extension internationale. C’est le seul programme qui puisse réorganiser et planifier l’économie rationnellement dans l’intérêt des travailleurs et des opprimés.
Le plan d’urgence réformiste de la LCR
Mais les pablistes rejettent explicitement le modèle de la Révolution russe. Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd écrivent par exemple dans leur dernier livre :
« Révolutionnaire au sens actuel du terme, ce parti anticapitaliste ne s’inscrit pas dans une seule lignée politique, celle des combats issus de la Révolution russe et de l’opposition entre staliniens et antistaliniens. […] « Nous, anticapitalistes, donnons aux réformes pour lesquelles nous luttons une logique radicale qui s’inscrit dès maintenant dans la perspective du lendemain. Ces réformes sont cohérentes et contradictoires avec l’économie de marché. Elles portent en elles la volonté de fonder un autre rapport social où les richesses et le pouvoir seraient les objets d’un partage collectif. Pour les appliquer jusqu’au bout, une rupture radicale avec l’ordre en place est inéluctable. »
– Besancenot et Bensaïd, Prenons parti – Pour un socialisme du XXIe siècle
Pour les pablistes, c’est lutter pour des réformes qui est « révolutionnaire » ! C’est le même genre de blabla que nous sert Mélenchon du Parti de gauche qui lui aussi se proclame « en rupture avec le capitalisme » (interview dans l’Humanité du 19 janvier), et c’est tout le contraire du Programme de transition de Trotsky qui disait :
« La tâche stratégique de la IVe Internationale ne consiste pas à réformer le capitalisme, mais à le renverser. Son but politique est la conquête du pouvoir par le prolétariat pour réaliser l’expropriation de la bourgeoisie. […] « La IVe Internationale ne repousse pas les revendications du vieux programme “minimum”, dans la mesure où elles ont conservé quelque force de vie. Elle défend inlassablement les droits démocratiques des ouvriers et leurs conquêtes sociales. Mais elle mène ce travail de tous les jours dans le cadre d’une perspective correcte, réelle, c’est-à-dire révolutionnaire. Dans la mesure où les vieilles revendications partielles “minimum” des masses se heurtent aux tendances destructives et dégradantes du capitalisme décadent – et cela se produit à chaque pas – la IVe Internationale met en avant un système de REVENDICATIONS TRANSITOIRES dont le sens est de se diriger de plus en plus ouvertement et résolument contre les bases mêmes du régime bourgeois. Le vieux “programme minimum” est constamment dépassé par le PROGRAMME DE TRANSITION dont la tâche consiste en une mobilisation systématique des masses pour la révolution prolétarienne. »
Au fond le programme maximum de la LCR, c’est l’Etat-providence tel qu’il avait été concédé par les capitalistes à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale pour éviter une révolution ouvrière alors que l’Armée rouge avait libéré l’Europe de la barbarie nazie. Au nom de son alliance de collaboration de classes avec les gaullistes, le PCF avait trahi la possibilité bien réelle de renverser le capitalisme français, discrédité par sa longue collaboration avec les nazis. Mais comme les pablistes sont opposés à la révolution prolétarienne, ils exonèrent le PCF stalinien et vantent les acquis obtenus :
« Le secteur public français a été mis en place à la Libération, en même temps que des nationalisations qui avaient été réclamées par le programme du Conseil national de la résistance, rédigé dans la clandestinité, en 1944, contre l’Etat de Vichy. L’objectif était de libérer le pays puis de le reconstruire en le dotant d’infrastructures solides, conçues comme les instruments ambitieux d’une politique de reconstruction industrielle, mais aussi d’un projet de société fondé sur la solidarité et la satisfaction des besoins sociaux. Au sortir de la guerre, énergie, transports, automobile, banques et assurances ont ainsi constitué un grand pôle public. Ces nationalisations ont donné à l’Etat les moyens de mener une réelle politique économique et lui ont permis d’engager des investissements à long terme. Elles ont représenté aussi d’authentiques conquêtes sociales, conçues et imposées par les mouvements de résistance. »
– Prenons parti
On se demande si Besancenot et Bensaïd ont recopié cela d’un manuel d’histoire pour gamins de 3e préfacé par le ministre de l’Education UMP Xavier Darcos. Les acquis de la Libération ont été obtenus au prix de la trahison par le PCF des possibilités révolutionnaires qui découlaient de la victoire soviétique dans la guerre et de la haine de la classe ouvrière française à cette époque pour sa propre bourgeoisie qui avait pris le côté de Vichy et des nazis. Le NPA promet ici qu’il trahira les prochains combats de classe qui permettront des avancées majeures pour le prolétariat en les limitant à quelques réformes, éminemment réversibles sous le capitalisme, comme l’histoire de l’« Etat-providence » l’a amèrement prouvé. La destruction contre-révolutionnaire de l’Union soviétique en 1991-1992 a pavé la voie aux attaques contre l’Etat-providence, et les pablistes ont leur propre dose de responsabilité dans ces attaques parce qu’ils ont activement soutenu la contre-révolution.
Pour mettre en œuvre leur plan d’urgence, ils disent « C’est par le développement et la généralisation des luttes, des grèves généralisées et prolongées que l’on peut bloquer les attaques, imposer des revendications » (« Principes fondateurs »). Le récent éditorial de Lutte Ouvrière (23 février) est tout à fait similaire, déclarant « le seul moyen, c’est que le grand patronat soit sous la menace d’une grève générale susceptible de lui faire perdre bien plus que cela lui coûterait de satisfaire les exigences légitimes des salariés et des retraités ». Si une lutte de classe d’une telle ampleur est à l’ordre du jour, alors les misérables miettes que ces gens demandent sont une récompense bien bon marché pour la trahison de la lutte pour le pouvoir. En attendant, LO et le NPA fournissent une bonne part des échelons inférieurs et intermédiaires de la bureaucratie syndicale, qui utilise cyniquement les « journées d’action », quelque puissantes qu’elles soient, tous les deux mois, comme soupape de sécurité pour la colère de la classe ouvrière.
Politique extérieure pabliste : un programme alternatif pour l’impérialisme français
Les marxistes luttent de façon intransigeante contre leur propre impérialisme, l’un des plus sanguinaires de l’histoire de l’humanité entre la boucherie de 1914-1918, les guerres coloniales qui ont fait des millions de morts en Indochine, à Madagascar, en Algérie et ailleurs, ou plus récemment le génocide du Rwanda. Nous sommes pour le retrait immédiat des troupes françaises des Balkans, du Liban, d’Afghanistan, d’Afrique et d’ailleurs. Lénine explique dans l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme comment l’impérialisme n’est pas une politique que l’on peut changer, mais un système auquel a conduit inévitablement le développement du capitalisme : les principales puissances (dont la France à l’époque) se sont divisé le monde, dans un premier temps sous forme d’empires coloniaux et autres sphères d’influence, et depuis la lutte se poursuit continuellement entre ces puissances pour le repartage du monde. Ces rivalités, un temps partiellement masquées par l’objectif commun de détruire l’Union soviétique, reviennent au premier plan aujourd’hui.
Les pablistes, eux, ont une politique alternative pour l’impérialisme français. En gros, ils ont la nostalgie de la politique extérieure de Chirac pendant la deuxième guerre du Golfe en 2003, quand il s’était opposé aux plans américains de dévaster et occuper l’Irak (d’ailleurs la LCR venait de voter pour lui quelques mois auparavant). Ce que les pablistes préconisent, c’est une politique d’alliance européenne, donc avec l’Allemagne, pour contrer l’hyperpuissance américaine dans le monde. De mettre sa propre bourgeoisie impérialiste sur un autre plan que l’impérialisme américain, en la présentant comme potentiellement un outil pour « la paix », c’est du vulgaire social-chauvinisme. D’où les déclarations pro-européennes contre Bush que les pablistes ont signées lors de la guerre en Irak. En voici une, datant de fin 2002 :
« Les voix qui se solidarisent avec le peuple irakien n’ont aucune chance d’être entendues par la Maison-Blanche. Mais nous avons encore la possibilité d’influencer les gouvernements européens puisque beaucoup sont opposés à cette guerre. Nous lançons donc un appel en direction de nos chefs d’Etat européens pour qu’ils prennent publiquement position contre la guerre, que celle-ci ait reçu ou non l’aval de l’ONU. Nous leur demandons également d’exiger que George Bush mette fin à ses préparatifs de guerre. »
C’est là leur querelle avec « Sarko l’Américain » : celui-ci considère que l’impérialisme français est trop affaibli pour s’essayer à la moindre confrontation avec le molosse US. C’est la raison pour laquelle les pablistes s’opposent aux troupes françaises au Liban et en Afghanistan : parce que, d’après eux, elles servent davantage les intérêts de l’impérialisme américain que ceux bien compris de la France. Ainsi, ils ont signé l’été dernier une déclaration protestant contre l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan qui disait entre autres :
« Au-delà des victimes dont on peut craindre qu’elles seront plus nombreuses, la décision d’envoyer des renforts est le signe d’un alignement inacceptable sur la politique des Etats-Unis. La volonté de réintégrer le commandement militaire de l’Otan va dans le même sens. La France ne doit pas endosser la vision manichéenne de “guerre des civilisations” qui domine à l’Otan et ainsi renoncer à faire prévaloir une politique indépendante, pour la primauté du droit international et contre la guerre. Elle risque d’entraîner toute l’Union européenne à ne devenir qu’un simple “pilier européen” de l’Otan, source de nouvelles dépenses militaires au détriment des immenses besoins sociaux. Nous ne voulons pas d’une France et d’une Union Européenne gendarmes du monde. Nous voulons une France et une Europe libres et indépendantes, développant avec tous les pays des coopérations en faveur de la paix, du développement durable et des droits de l’Homme. »
Pour notre part nous avons toujours été opposés à l’OTAN, une alliance impérialiste antisoviétique pendant 40 ans, avant de devenir un instrument militaire au service des impérialistes occidentaux et surtout des USA contre les peuples du monde. Mais nous avons aussi toujours été opposés à l’Union européenne et ses prédécesseurs, qui par des liens économiques servaient à maintenir la cohésion militaire de l’OTAN contre l’URSS. Aujourd’hui l’Union européenne (UE) est un consortium (de plus en plus instable) dominé par des puissances impérialistes, l’Allemagne et dans une moindre mesure la France. Même l’Allemagne, le colosse économique et notamment industriel de l’Europe, doit s’adosser sur un hinterland européen pour tenir tête aux Américains, et c’est le but de l’UE, une alliance capitaliste contre les classes ouvrières d’Europe, une forteresse raciste contre les immigrés. A bas l’OTAN ! A bas l’Union européenne ! Pleins droits de citoyenneté pour tous ceux qui sont ici ! A bas les restrictions xénophobes contre les travailleurs d’Europe de l’Est ! Nous dénonçons par avance le délire anti-américain chauvin qui va se déverser lors des cérémonies du 60e anniversaire de l’OTAN début avril, et nous dénonçons par avance le rôle vil que va y jouer le NPA.
De la liquidation du parti à la liquidation pure et simple de la révolution
A force de liquider le parti révolutionnaire à partir des années 1950, les pablistes ont fini par liquider toute prétention à la révolution elle-même. Ayant contribué dans la mesure de leurs forces à la contre-révolution capitaliste en URSS (voir notre supplément de février sur le liquidationnisme pabliste), ils font maintenant disparaître Lénine et la Révolution russe, qui ne sont même pas mentionnés dans aucun de leurs deux longs documents fondateurs (les « Principes fondateurs » et la « Résolution générale »). Comme nous l’avons dit dans notre supplément de février, c’est une bonne chose que les pablistes arrêtent de prétendre qu’ils seraient trotskystes ou marxistes.
Et ils continuent à soutenir la contre-révolution capitaliste aujourd’hui en ce qui concerne l’Etat ouvrier bureaucratiquement déformé chinois. La « Résolution générale » du NPA fait ainsi une mention spéciale de « Soutien au peuple tibétain opprimé par la Chine », à peine à quelques semaines du 50e anniversaire de la libération du Tibet par l’Armée populaire de libération chinoise contre le régime théocratique pro-esclavagiste du dalaï-lama. Nous dénonçons au contraire les provocations des impérialistes et du dalaï-lama contre l’Etat ouvrier bureaucratiquement déformé chinois et nous sommes pour la défense militaire inconditionnelle de la Chine (ainsi que de la Corée du Nord, de Cuba et du Vietnam) contre l’impérialisme et la contre-révolution, tout en luttant pour une révolution politique prolétarienne contre la bureaucratie stalinienne (voir notre article dans le dernier numéro du Bolchévik).
Il y aura de nouvelles luttes de classes et de nouvelles situations révolutionnaires en France. A ce moment les pablistes redécouvriront peut-être brusquement le langage du marxisme. Mais quel que soit leur avatar du moment, NPA ou autre, ce sera pour mieux masquer leur programme de capitulation et de liquidation. Ce sont des opposants du mouvement ouvrier révolutionnaire internationaliste. C’est la Ligue communiste internationale qui représente la continuité de la lutte contre le pablisme, à travers le SWP américain de James P. Cannon des années 1950, quand il était encore un parti d’avant-garde révolutionnaire, puis à travers la Revolutionary Tendency qui a émergé au sein du SWP au début des années 1960 pour défendre le programme du trotskysme authentique contre le SWP qui se mettait lui-même à embrasser le pablisme. C’est la continuité de la lutte pour maintenir un programme révolutionnaire et pour reforger la Quatrième Internationale sur une base politique que Trotsky reconnaîtrait comme sienne. Pour de nouvelles révolutions d’Octobre !
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/187/npa.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Employé-e de commerce Autos baratos por menos de 30 mil pesos 🍀 carros en venta ... LE SECRET AU DRIVER DE MOE NORMAN ! - COURS DE GOLF - YouTube COMMENT ARRETER LE SWAY - COURS DE GOLF Mi primer auto proyecto GOLF MK2 - YouTube

Prospectez les entreprises du même secteur d'activité et dans le même secteur géographique que la société AUTOMOBILE DU GOLF : Prospectez les entreprises de Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers de l'Orne (61) Prospectez les entreprises de Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles de l'Orne (61) GOLF AZUR AUTOMOBILE Partager le lien vers cette fiche entreprise 802 054 197 R.C.S. SALON-DE-PROVENCE Greffe du Tribunal de Commerce de SALON-DE-PROVENCE DeVille Automobile vous présente un inventaire exhaustif de façon raffinée. Les voitures d'occasion listées parmi cet inventaire sont disponibles à la livraison immédiate. Elles sont passées par toute une série de tests et de vérifications avant d'y figurer. Hudson Fields- 29763 Eagle Crest Rd, Milton, DE 19968 FREE Admission & FREE Parking Saturday 11 to 4 Sunday 11 to 3 www.deexpos.com Don’t miss the 3rd Annual Fall Home Expo! We will be outside again! Our Spring Outdoor Expo in June was well attended and we look forward to seeing you again at Hudson Fields, just north of Lewes! Automobile Battery in Lewes on YP.com. See reviews, photos, directions, phone numbers and more for the best Battery Supplies in Lewes, DE.

[index] [1792] [4309] [4052] [6382] [3078] [6166] [2187] [1204] [4474] [1288]

Employé-e de commerce "branche automobile"

In unserem TestDrive stellen wir für Euch alles Wissenswerte über den VW Golf Variant zusammen. Wo liegen seine Stärken, wo seine Schwächen? Welche Aspekte h... Comment doser les longs putts au golf: Comment doser les longs putts au golf. découvrez la technique du lift pour obtenir un roulement de pro en moins de 10 secondes! - ABONNEZ-VOUS À LA CHAÎNE ... amigos espero y les guste este pequeño video sobre mi primer auto y de lo que es para mi la marca volkswagen Facebook: STEPMOTORS https://www.facebook.com/St... en este video les explico paso a paso como ganar dinero para comprar la empresa más millonaria de todo GTA 5 que cuesta 150.000.000 millones de dólares es mu... que autos usados puedes comprar con 30 mil pesos en un tianguis de guadalajara. """""ATENCION""""" cualquier trato de compra venta de autos o de otro tipo ...

https://forex-arab.invest-forex.space